François Rebsamen veut « moins de trois millions de chômeurs » mais ne précise pas quand

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Publié le 5 mai 2014 à 9h47

Le nouveau ministre du Travail du nouveau gouvernement Valls doit faire face à un problème : le chômage, au lieu de reculer comme le désire le gouvernement et comme l'a promis François Hollande, augmente. Interrogé sur iTélé, François Rebsamen annonce clairement son objectif : réduire le nombre de chômeurs à moins de trois millions.

François Rebsamen veut baisser le nombre de chômeurs

Le gouvernement reste fixe sur ses objectifs. Et son objectif principal c'est la réduction du nombre de chômeurs en France qui a atteint 3,349 millions en avril. De la célèbre « inversion de la courbe du chômage » on n'en a toujours pas vu l'ombre.

Cette formulation, reprise en cœur par Michel Sapin et François Hollande durant toute l'année 2013, François Rebsamen la critique. Il trouve que c'est « une formule qui fait technocratie (forme de gouvernement qui donne une grande place aux techniciens, ndlr) ».

« Moi, je veux baisser le nombre de chômeurs, ce n'est pas la même chose » a déclaré le ministre du Travail sur iTélé ce lundi 5 avril 2014. C'était donc ça le problème ? L'inversion de la courbe du chômage ce n'était pas la volonté de baisser le nombre de demandeurs d'emploi ?

« Une courbe du chômage, c'est quelque chose qui ne se matérialise pas pour les gens » estime François Rebsamen. Mais on peut l'appeler « baisse du nombre de chômeurs » ou « inversion de la courbe du chômage », c'est la même chose... et le gouvernement n'y parvient pas.

Un jour il y aura moins de trois millions de chômeurs

François Rebsamen va plus loin sur iTélé et nous offre même un objectif chiffré : « Ce que je veux, c'est qu'il y ait moins de trois millions de chômeurs » en France. Une barre symbolique car c'est le nombre de chômeurs qu'il y avait dans l'Hexagone avant l'élection de François Hollande.

Mais il est futé, le nouveau ministre du Travail. Il ne dit pas quand il veut ça. Un jour peut-être... « au mois de mai, au moins de juin, au mois de septembre ou l'année prochaine » précise-t-il. Ainsi faisant, on ne pourra pas dire qu'il aura échoué...

Les Français doivent donc s'armer de patience, mais qu'ils ne s'inquiètent pas : dans un futur plus ou moins lointain, le nombre de chômeurs baissera en dessous de trois millions. En attendant, qu'ils se serrent la ceinture pour arriver à la fin du mois...

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis