Etude : les gens en apparence honnêtes seraient davantage enclins à tricher avec les impôts

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Modifié le 18 septembre 2013 à 3h25

C'est une étude américaine qui le dit ! Et le très sérieux magazine Forbes s'en fait l'écho.

Des fraudeurs en costume cravate

D'après l'étude intitulée "Dubious Versus Trustworthy Faces—What Difference Does It Make For Tax Compliance? " et menée auprès de 238 étudiants, ceux ayant ce qu'on pourrait qualifier une bonne bouille ont tendance à estimer qu'ils auront moins de risque de se faire attraper s'ils fraudent à l'impôt.

En somme, ils pensent que le fisc, américain en l'occurrence, ne viendra pas mettre le bout de son nez dans leurs comptes, au motif qu'ils ont l'air dignes de confiance. Et ils en déduisent que les probabilités qu'ils profitent de cet avantage pour tricher sont supérieures.

De là à imaginer que dans la vraie vie, il se passe à peu près la même chose...

En France, la fraude sur l'impôt sur les sociétés représente des milliards

Sauf qu'aux Etats-Unis, poursuit l'article, le fisc mène la plupart de ses contrôles annuels au hasard ; ses cibles sont désignées par ordinateur, sans connaître au préalable le profil des contribuables visés. Ce n'est qu'en cas de suspicion que les agents du fisc américain mènent des enquêtes sur des individus identifiés, dont le profil –d'apparence honnête ou pas- entre alors seulement en ligne de compte.

Tout cela fait écho à un chiffre publié hier, cette fois en France. Le montant de la fraude à la TVA peut-être estimé à quelque dix milliards d'euros par an et la fraude sur l'impôt sur les sociétés est dans le même ordre de grandeur, selon le ministre de l'Economie et des Finances, Pierre Moscovici. Reste à savoir si les tricheurs ont... une bonne bouille !

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.

Laisser un commentaire

* Champs requis