Etats-Unis : quand Google affrète un ferry privé pour ses employés

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Modifié le 8 janvier 2014 à 11h50

Il y a ceux qui prennent bêtement la navette de l'entreprise pour rejoindre des bureaux souvent éloignés du centre-ville ; et ceux, les veinards, qui ont droit à un bateau privé, pour une croisière quotidienne dans la baie de San Fransisco... Les veinards en question sont les employés de Google, le géant californien.

Un catamaran pour aller au bureau

Comme le révèle Business Insider, le moteur de recherche loue désormais un catamaran baptisé, cela ne s'invente pas, « Le Triomphant », pour ses employés : ce ferry privatisé navigue de San Francisco à Redwood City (situé tout près du siège social de Google, à environ 43 kms au sud de SF), à raison de deux rotations le matin et de deux le soir.

Au moins 149 « Googlers » peuvent monter à bord pour se rendre au travail ou rentrer chez eux.

Bus freiné, navire affrété !

Pourquoi un tel luxe ? Parce que les navettes de l'entreprise ont été bloquées ces derniers temps par des manifestants... Et que Google, qui a toujours plus d'un tour dans son sac, est bien décidé à convoyer à bon port ses fidèles salariés !

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.

Laisser un commentaire

* Champs requis