Pour financer le Grand Paris, les PV de stationnement pourraient passer de 17 à 35 euros

Cropped Favicon 1.png
Par Jean-Baptiste Le Roux Modifié le 7 mars 2013 à 14h26

Les automobilistes, nouvelles vaches à lait du gouvernement ?

Après avoir évoqué une nouvelle taxe sur les carburants (lire ici la réaction de Pierre Chasseray, délégué général de "40 millions d'automobilistes"), le gouvernement a mentionné ce jeudi une augmentation des procès verbaux pour stationnement gênant qui pourraient passer de 17 à 35 euros pour financer le volet transport du Grand Paris.

Bien que des économies aient déjà été faites, l'Etat doit encore trouver 30 milliards d'euros pour financer le futur système de transport de la région Ile-de-France. Et pour cela, une des pistes envisagées serait de mettre à contribution les collectivités locales. Ces dernières pourraient donc, pour régler l'ardoise, bénéficier d'une hausse des amendes de stationnement, du simple au double.

Un problème se pose cependant. Du point de vue pénal, les amendes doivent être du même montant pour tout le monde. Ainsi Paris ne serait pas la seule ville à "bénéficier" de cette augmentation et tous les automobilistes de France se retrouveraient à financer, contre leur gré, le projet du Grand Paris.

Rien n'est encore fait, le gouvernement a encore le temps d'affiner les meilleurs moyens de financer un tel projet puisque les travaux ne devraient pas commencer avant 2015, pour une fin envisagée en 2030...

Cropped Favicon 1.png

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame où il anime des matinales et l'émission Parole d'Evêque. Il a travaillé pour Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et membre de l'Association des Journalistes de Défense. 

Aucun commentaire à «Pour financer le Grand Paris, les PV de stationnement pourraient passer de 17 à 35 euros»

Laisser un commentaire

* Champs requis