Grève à la SNCF : malgré la galère pour les usagers, Edouard Philippe « ira jusqu’au bout »

Par Olivier Sancerre Modifié le 8 avril 2018 à 20h29
Sncf Greve Edouard Philippe 1
43%Le taux de gréviste à la SNCF sera de 43% ce lundi 9 avril.

Ce lundi 9 avril sera une nouvelle journée galère pour les usagers de la SNCF, qui subissent depuis la semaine dernière un mouvement de grève des syndicats protestant contre la réforme du secteur ferroviaire. Edouard Philippe annonce de son côté qu'il ira « jusqu'au bout ».

La journée de lundi ressemblera aux 3 et 4 avril pour les usagers de la SNCF : galère en vue donc pour voyager en train. Dans le détail, l'entreprise annonce une petite amélioration, puisqu'elle sera en mesure d'assurer un TGV sur cinq, contre un sur huit la semaine dernière ; trois Eurostar sur quatre ; un TER sur trois ; et un train sur trois en moyenne sur le réseau Transilien. Le taux de gréviste pour ce dimanche a été de 35% (il regroupe les personnels indispensables pour faire rouler les trains : conducteurs, contrôleurs et aiguilleurs), il sera de 43% lundi. C'est 5 points de moins que durant la première période de grève.

Taux de gréviste en baisse

Malgré ce léger recul, les conditions de circulation resteront donc difficiles. Les syndicats ont organisé une grève « perlée » qui consiste en deux jours d'arrêt du travail tous les cinq jours. Le mouvement devrait se poursuivre jusqu'à la fin du mois de juin, mais la CGT laisse déjà entendre qu'il pourrait aller au-delà. Pas de quoi faire plier le Premier ministre. Edouard Philippe a assuré dans les colonnes du Parisien qu'il entendait aller « jusqu'au bout » dans la réforme de la SNCF. Il y déplore une grève « conçue pour maximiser les nuisances pour les usagers ».

Marges de manœuvre

Le locataire de Matignon assure aussi recevoir des « messages de Français qui soutiennent le gouvernement, en disant qu'il faut aller jusqu'au bout. Eh bien c'est ce que nous allons faire ». Il liste les points non négociables comme l'ouverture à la concurrence et la fin du recrutement au statut des cheminots. Edouard Philippe se dit cependant ouvert aux discussions pour « parler des modalités », et il conserve l'espoir qu'à la fin, « on s'entende »… Emmanuel Macron interviendra dans le débat ce jeudi sur TF1.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.

Laisser un commentaire

* Champs requis