Transport : La SNCM s’enfonce lentement mais sûrement dans la vase

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Modifié le 3 janvier 2014 à 2h39

Depuis mercredi, aucun bateau de la compagnie ne relie le continent à la Corse (via Marseille). Les marins sont en effet en grève.

L'argent ne calme pas la colère des marins

Pourtant, l'Etat a annoncé qu'il allait débloquer une enveloppe spéciale de 30 millions d'euros pour renflouer la Société nationale Corse Méditerranée (SNCM), la compagnie de transport maritime... Alors ?

Le problème, c'est que, tout comme l'annonce d'un plan d'avenir de 2 milliards d'euros en Bretagne n'a pas calmé les bonnets rouges début décembre, l'annonce de l'arrivée prochaine de ces fonds ne suffit pas à calmer les inquiétudes des marins. Ils y voient une manœuvre politique visant à acheter leur vote, à trois mois des élections municipales prévues en mars, et après des mois de silence gouvernemental.

Une descente aux enfers depuis dix ans

La SNCM, entreprise publique privatisée en 2006, est aujourd'hui détenue à 66% par Veolia Transdev, à 25% par l'État et à 9% par ses salariés.

Elle connait une descente aux enfers, victime notamment, selon elle, de son concurrent Corsica Ferries : entre 2000 et 2012, elle a vu ses parts de marché (sur le trafic entre les ports français continentaux et la Corse) fondre comme neige au Cap Corse, de 82% à 34%. Parallèlement, la Commission Européenne l'a condamnée en mai 2013 à rembourser la modique somme de 220 millions d'euros, correspondant à des aides indûment perçues entre 2007 et 2012.

La société est engagée dans un plan de redressement, qui prévoit notamment la suppression de 500 postes, destinée à économiser 70 millions d'euros par an. Objectif : redevenir rentable à partir de 2016. C'est tout le mal qu'on leur souhaite.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.

Aucun commentaire à «Transport : La SNCM s’enfonce lentement mais sûrement dans la vase»

Laisser un commentaire

* Champs requis