De gros bénéfices pour le CAC 40 en 2019

Par Olivier Sancerre Modifié le 9 mars 2020 à 9h46
Benefices 2019 Cac40 1
1 387 MILLIARDSEn 2019, le chiffre d'affaires des grandes entreprises du CAC 40 s'est établi à 1 387 milliards d'euros.

Malgré un climat des affaires difficile l'an dernier, les entreprises du CAC 40 ont enregistré des bénéfices solides de près de 80 milliards d'euros. Les perspectives pour 2020 sont plus incertaines.

Les plus grandes entreprises françaises cotées à la Bourse de Paris ont cumulé l'an dernier un total de 79,5 milliards d'euros de bénéfices, selon le décompte de l'AFP. Ce résultat est moindre qu'en 2018 où ces mêmes sociétés avaient engrangé 88,37 milliards de bénéfices, et moins qu'en 2017 où ces bénéfices avaient atteint le niveau record de 96,54 milliards. Malgré tout, le bilan est solide, constatent les analystes, alors que le contexte économique était compliqué : incertitudes persistances sur le Brexit et guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis, qui ont malmené les échanges commerciaux mondiaux. Preuve de la résilience de ces grands groupes, le chiffre d'affaires global s'établit à 1 387 milliards d'euros, soit 46 milliards de plus qu'en 2018 et 95 milliards de plus qu'en 2017.

Des résultats convaincants

Sur le podium des entreprises les plus rentables, on trouve Total qui comme en 2018, trône à la première place avec 10 milliards d'euros de bénéfices. Suivent BNP Paribas avec 8,17 milliards, et LVMH (7,17 milliards), qui mène un secteur du luxe en grande forme. Les sociétés françaises sur ce marché ont de meilleurs résultats que la concurrence. Le secteur de la banque et des assurances (Axa, BNP Paribas, Crédit Agricole et Société Générale) a engrangé un total cumulé de 20,1 milliards d'euros de bénéfices. Le groupe PSA affiche un bénéfice très solide de 3,2 milliards, alors que Renault a essuyé une perte de 141 millions en raison des difficultés de son partenaire Nissan.

La menace du coronavirus

Si Airbus a perdu 1,36 milliard d'euros, c'est en raison d'une amende de 3,6 milliards suite à une enquête pour des faits de corruption. TechnipFMC et ArcelorMittal ont également subi des pertes l'an dernier, de respectivement 2,15 et 2,1 milliards d'euros. Pour 2020, les perspectives sont assombries par l'épidémie de coronavirus, qui enraye l'activité économique un peu partout dans le monde. Le second semestre devrait être porteur de meilleurs nouvelles, même s'il faudra contenir la propagation du COVID-19 au préalable.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.

Laisser un commentaire

* Champs requis