A période difficile, mesure exceptionnelle pour sauver la France : Avis aux candidats

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Daniel Moinier Publié le 24 février 2022 à 15h46
Teletravail Renforcement Entreprise 1
10,57 EUROSLe SMIC horaire brut a augmenté à 10,57 euros le 1er janvier 2022.

La « Guerre ukrainienne » affole le monde politique, financier, économique… et les populations.

L’élection présidentielle de 2022 arrivant à grands pas, une grande réflexion s’impose pour ne pas se tromper de cible.

Il serait donc temps d’expliquer aux français les deux principales causes des déficits depuis 1975, de la dette, d’un chômage continu depuis plus de 50 ans, de la baisse du pouvoir d’achat, d’un déficit constant de notre balance commerciale… : (je vais certainement irriter certains car je me répète, mais la période est cruciale et trop grave pour passer à côté)

  • Une durée de vie qui augmentait avant Covid de 7h par jour (23 ans depuis la fin de la guerre de 1945)

  • Une durée de travail et d’activité en baisse constante surtout depuis 1982 (et 2000)

Evolution et décision complètement incompatible avec un programme favorable à l’augmentation suffisante du PIB, du pouvoir d’achat (masqués et sauvés partiellement par des produits étrangers peu chers et des aides sociales exceptionnelles, les premières du monde en pourcentage)

Une seule solution pour remonter immédiatement le pouvoir d’achat, le PIB, sauver les Caisses d’Etat, de Sécu, de Retraites, de d’Assedic, la balance commerciale, ….

Mettre en place les 40 heures (et pas 39 heures incompatibles industriellement) : Ce serait en plus, par année, hors la fonction publique :

60 Mds de salaires

30 Mds de charges

10 Mds de TVA

6 Mds d’impôts

Dès le mois suivant après la mise en place, c’est 14,5% de plus de pouvoir d’achat, de consommation.

Pour un Smic, c’est 229€ de plus par mois.

C’est de meilleures marges pour les entreprises.

Plus d’argent pour l’état, les administrations, toutes les collectivités…

Augmentation du revenu des agriculteurs.

Diminuer au fur et à mesure le nombre de chômeurs, de personnes aidées et donc une baisse des aides sociales, notamment le RSA qui ampute les caisses des départements et Sécu…, d’où plus de moyens financiers.

Quarante heures ce n’est tout de même pas insurmontable, les anciens ont connu couramment des horaires de plus de 50 heures semaine.

Plus la baisse du pouvoir d’achat baissait, plus le chômage était en hausse, plus les licenciements de seniors ont augmenté, selon la fausse théorie : « plus nous mettrons les anciens en préretraite (coût énorme), plus il y aura de l’emploi pour les jeunes » !

Totalement faux. Après recul, si vous regardez les courbes, plus les licenciements de seniors ont augmenté, plus le chômage des jeunes a augmenté jusqu’à atteindre 28% ! Alors que le chômage de la catégorie A n’était que de 13% !!!!!!

Un rappel : 2 chômeurs ou RSA qui reprennent un emploi, c’est un chômeur en moins sous 3 mois. L’inverse est vrai : 2 salariés qui deviennent chômeurs, c’est un salarié qui passe au chômage sous 3 mois.

Autre analyse : Un senior a la valeur travail de 4 jeunes embauchés. Ce qui veut dire qu’à chaque départ d’un senior (relativement jeune), il empêche l’embauche de 3 jeunes !!!

C’est pour cela qu’il n’y avait pas de chômage, ni aucune aide sociale ! Même pas d’allocation familiale avant 1936, (mise en place complète de 1932 à 1945) ni d’allocation logement et toutes les autres qui ont suivi : Total plus de 400 aides ! Soit 770 Mds par an !

Si nous voulons remonter fortement le niveau de vie, sauver très rapidement la France, lui redonner une audience internationale, poussons nos gouvernants à passer très rapidement les 40 heures.

PS : Travailler + pour dépenser mieux : soit plus local, français (moins low cost) avec un net sur salaire plus élevé permettant à terme de diminuer les charges salariales et d’entreprises et donc remonter encore plus le niveau de vie.

C’est le moment puisque l’élection présidentielle est toute proche.

www.danielmoinier.com

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Daniel Moinier a travaillé 11 années chez Pechiney International, 16 années en recrutement chez BIS en France et Belgique, puis 28 ans comme chasseur de têtes, dont 17 années à son compte, au sein de son Cabinet D.M.C. Il est aussi l'auteur de six ouvrages, dont "En finir avec ce chômage", "La Crise, une Chance pour la Croissance et le Pouvoir d'achat", "L'Europe et surtout la France, malades de leurs "Vieux"". Et le dernier “Pourquoi la France est en déficit depuis 1975, Analyse-Solutions” chez Edilivre.

Aucun commentaire à «A période difficile, mesure exceptionnelle pour sauver la France : Avis aux candidats»

Laisser un commentaire

* Champs requis