Le handicap n’est pas un frein à la performance

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Charles-Antoine Berthonneau Publié le 12 juillet 2013 à 14h45

La mission que je me suis donné, c'est sensibiliser, former et accompagner des étudiants en situation de handicap tout au long de leur formation et de leur parcours professionnel. Changer le regard des jeunes d’aujourd’hui, c’est changer la société de demain.

J'ai constaté en France qu’il existait un fossé entre les besoins de recrutement des entreprises et le niveau de qualification des jeunes en situation de handicap. Il était nécessaire de se positionner, par rapport à mon cœur de métier qui est la formation, comme un « sas » entre les jeunes en situation de handicap et les entreprises. Fort de mon expérience dans l’enseignement en alternance et en apprentissage (le CFA IGS avait été le premier à lancer des formations en apprentissage pour les métiers du tertiaire en 1980), les dispositifs en alternance en les rendant accessibles aux jeunes en situation de handicap ont d'abord été promus.

L’alternance a plusieurs avantages pour le jeune, monter en qualification, monter en compétence, obtenir un diplôme supérieur, valoriser une expérience opérationnelle en entreprise. Une fois diplômé, le jeune peut expliquer alors à un recruteur, les aménagements qui avaient été mis en place lors de son alternance (boucle magnétique, écran adapté…) afin de rassurer son futur employeur. Il ne faut pas oublier qu’une entreprise a une obligation d’emploi dans leur effectif de 6% de personnes en situation de handicap alors que les étudiants en situation de handicap ne représentent que 0,47 % des étudiants de l’enseignement supérieur. Le Groupe IGS a donc crée « Hand'IGS» avec le soutien d’entreprises partenaires et sponsors.

Plusieurs objectifs

C’est le principe d’égalité des chances, qui anime cette action. Le souhait est de réunir toutes les conditions nécessaires pour qu’un jeune en situation de handicap puisse se positionner comme les autres en entreprise. Cela passe par des mesures de compensation et/ou d’accompagnement individualisé. Il faut s'efforçer de changer le regard les différents acteurs, qu’il s’agisse des étudiants qui deviendront eux-mêmes de futurs salariés ou de futurs managers, ou qu’il s’agisse du corps professoral.

L’idée est de montrer qu’une fois les mesures de compensation mises en place, nous travaillons avec un camarade, ou un collègue tout aussi efficace et performant que les autres.

Aujourd’hui, avec HAnd'IGS, j'accompagne plus de 85 étudiants, apprentis ou alternant en situation de handicap toutes formations confondues de Bac à Bac + 5.

Les outils pour réussir

Les formateurs que nous avons formés ont une posture adaptée face au handicap : comment dois-je réagir ? comment en parler ? Qui puis-je solliciter pour m’aider ? Autant de questions que peuvent se solliciter des formateurs face à de nouvelles situations. Les étudiants sont aussi sensibilisés en intégrant la question du handicap dans leur programme pédagogique… Des représentants du secteur protégé peuvent intervenir, des étudiants en RH qui réalisent une étude sur les politiques Handicap en entreprise et qui vont coacher des personnes en situation de handicap dans un centre de reclassement professionnel – CRC - sont solicités, et des mises en situation autour du handicap visuel avec l’association Valentin Haüy ou des projets dans les programmes pédagogiques, en entreprise, ont lieu.

L’une des meilleures sensibilisations est d’avoir dans leur classe ou promotion, une personne en situation de handicap.

Il faut continuer, ne jamais s’arrêter car c’est une démarche qui se construit pas à pas… Il faut développer le réseau et faire le lien entre les jeunes et les entreprises: une rencontre entre jeunes et entreprises qui recrutent dans le secteur du tertiaire pour une meilleure inclusion.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Charles-Antoine Berthonneau Chargé de la Mission Handicap HAND'IGS et Responsable Formation ESAM, groupe IGS.

Laisser un commentaire

* Champs requis