Le prix du pétrole et la guerre font grimper le prix des billets d’avion

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 17 mars 2022 à 10h39
5g Avion Perturbations 2
129 DOLLARSLe pétrole a connu un pic de prix à 129 dollars le 8 mars 2022.

Partir en vacances en avion va coûter plus cher : les premières augmentations de prix ont été remarquées sur les trajets depuis le début de la guerre en Ukraine, qui a exacerbé la tendance haussière des prix du pétrole et donc du carburant. Mais en Bourse, le pire pourrait avoir été évité…

Forte hausse des prix des billets d’avion

L’article du journal Le Monde publié le 15 mars 2022 est sans appel : une hausse des prix des billets d’avion est à venir… et a même eu lieu. Interrogé par France Inter, Marc Rochet, directeur général d’Air Caraïbes, confirme et dévoile que certaines compagnies ont fait grimper leurs prix de 8% environ, soit environ 50 euros par billet pour les destinations exotiques telles que La Réunion et Les Antilles.

Malheureusement, les compagnies aériennes n’ont pas le choix : elles subissent également la hausse des prix des carburants. Certes, si le kérosène, le carburant utilisé par les avions, est moins cher que l’essence utilisée par les voitures (environ 2,5 dollars le gallon, soit environ 4 litres, en février 2022), la hausse est réelle. En février 2021, le prix était inférieur de près de 1 dollar le gallon.

Une augmentation de près de 40% du prix que les compagnies aériennes ne peuvent absorber seules.

Le pic du prix du pétrole est-il passé ?

Le kérosène suit sans surprise la hausse du cours du pétrole en Bourse, passé de 76 dollars à près de 100 dollars le baril fin février 2022, mais les compagnies doivent surtout composer désormais avec le pic de début mars 2022. À la suite de l’attaque russe contre l’Ukraine, le baril de pétrole a connu un pic à près de 130 dollars le 8 mars 2022 avant de rechuter aux alentours des 100 dollars à la mi-mars.

Si le prix du pétrole se stabilise aux alentours des 100 dollars, voire redescend en fonction des tensions géopolitiques, le pire pourrait avoir été évité. Un baril au prix trop élevé pourrait contraindre les compagnies aériennes à augmenter encore plus leurs prix, alors que le kérosène représente près de 25% du budget total d’une compagnie et près de 40% du coût d’un vol long-courrier.

L’inconnue : la durée de la guerre en Ukraine

Autre problématique que rencontrent les compagnies, et donc les voyageurs : le conflit ukrainien en lui-même et les sanctions croisées entre l’Occident et la Russie. Les avions sont obligés depuis fin février 2022 à contourner l’espace aérien ukrainien pour limiter le plus possible le risque d’être abattus par erreur : pour certains vols, cela rallonge la durée de plusieurs dizaines de minutes voire heures… et donc le coût du vol en lui-même (puisque plus l’avion vole longtemps, plus il consomme de kérosène).

De plus, L’Occident et la Russie se mènent une guerre des sanctions qui a conduit à une fermeture mutuelle des espaces aériens : les avions russes sont interdits de survol et d’atterrissage dans plus de 30 pays, notamment les 27 pays de l’Union européenne et les États-Unis, tandis que les avions enregistrés dans ces mêmes pays n’ont plus le droit de survoler la Russie ou d’y atterrir. Là aussi, cela nécessite de réorganiser les plans de vol, les routes, les escales… Une situation dont il est difficile d’anticiper la durée.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.   Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Aucun commentaire à «Le prix du pétrole et la guerre font grimper le prix des billets d’avion»

Laisser un commentaire

* Champs requis