Défense : Hollande ne touche pas au budget mais demande une meilleure gestion

Cropped Favicon 1.png
Par Jean-Baptiste Le Roux Publié le 3 juin 2014 à 8h07

Ou comment désamorcer une polémique en se dédouanant et en faisant passer la faute sur le dos des principales victimes, à savoir les militaires. François Hollande s’est engagé lundi 2 juin à ne pas toucher au budget de la Défense, tout en demandant aux ministres concernés d’améliorer la gestion du matériel.

Il était temps que le président de la République s’exprime sur la question !

François Hollande réaffirme les engagements de la LPM, pas plus, pas moins

François Hollande a en effet confirmé lundi 2 juin qu’il ne toucherait pas plus au budget de la Défense, que ce qui est déjà inscrit dans la Loi de programmation militaire votée fin 2013. Cette loi, qui dote la Défense d’un budget de 190 milliards d’euros d’ici 2019, soit 31,4 milliards d’euros par an, prévoit en outre la suppression de 34 500 postes sur six ans, s’ajoutant aux feu 45 000 emplois déjà supprimés par la précédente.

Le chef de l'Etat demande une meilleure gestion militaire

Le président de la République désamorce une mine qui aurait bien pu lui sauter en pleine figure, tant la colère grondait dans les rangs de nos Armées. Lors d’un Conseil de défense organisé lundi 2 juin dans l’après-midi, le chef de l’Etat, accessoirement chef des Armées, a réaffirmé "les engagements financiers de la loi de programmation militaire". En clair, on ne touche à rien de plus. Cependant, en contrepartie, François Hollande a demandé une meilleure gestion du dispositif militaire.

Jean-Yves Le Drian solidaire de ses soldats

S’adressant à Michel Sapin et Jean-Yves Le Drian, respectivement ministre des Finances et de la Défense, le chef de l’Etat leur a demandé de "faire des propositions" dans le but d’améliorer "la gestion des matériels et des projets". Les deux ministres devraient rendre leurs observations à la fin du mois. Reste à savoir si ces déclarations calmeront les ardeurs des militaires et particulièrement celles des trois chefs d’état-major qui avaient menacé, une première, de démissionner si le budget de la Défense était raboté. Une grogne suivie par le ministre Jean-Yves Le Drian lui-même, qui semble aujourd’hui plus solidaire de ses soldats que de François Hollande, son vieil ami.

Les capacités d'intervention de la Défense presque réduites à néant

Quoi qu’il en soit, les nouvelles coupes budgétaires estimées entre 1,5 et 2 milliards d’euros ne devraient donc pas se produire dans l’immédiat. Pour l’opposition, François Hollande repousse l’échéance et prépare les Armées à de nouvelles coupes budgétaires. Il semble pourtant bien difficile aujourd’hui d’aller plus loin, sous peine de réduire à néant les capacités opérationnelles de la Défense. Et au vu de la situation géopolitique actuelle, ce n’est certainement pas une bonne chose.

Cropped Favicon 1.png

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame où il anime des matinales et l'émission Parole d'Evêque. Il a travaillé pour Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et membre de l'Association des Journalistes de Défense. 

Laisser un commentaire

* Champs requis