Impôts : les familles, « vaches à lait » de l’Etat

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Henri Joyeux Publié le 10 septembre 2013 à 3h48

Dur, très dur le retour de vacances. Une allocation de rentrée scolaire très mal répartie alors que Familles de France demande qu'elle soit réduite en primaire et augmentée pour les familles ayant des enfants au lycée, en particulier professionnel. Bref une belle partie de gaspillage.

Les feuilles d'impôts nous étranglent. Les familles voient leur imposition augmenter de plus de 100%

En une semaine, près d'une dizaine de familles nous ont joint pour savoir ce qu'elles risquent à ne pas payer le surplus de cette année, en souhaitant que des millions de familles fassent de même. L'Etat se trouverait bien mal, serait peut être obligé de réduire de manière drastique son train de vie et le nombre de ses ministres !

Les familles sont excédées. Prenons deux exemples : un couple payant 80 € d'impôts l'année dernière se retrouve avec une facture de 500 €, alors que ses revenus n'ont pas changé. Une famille de 4 enfants entre 11 ans et 2 ans voit sa facture augmenter de 175%, à revenus constants : ils sont passés de 1932€ à 5311 €. La maman va être obligé d'arrêter de travailler pour s'occuper des enfants. Ils avaient créé un emploi. Ils ne peuvent plus désormais.

L'Etat ne sait plus où prendre l'argent

Les 17 millions de familles que représentent les leaders familiaux chargés de défendre toutes les familles sont excédées. A Familles de France on a bien compris le slogan "je n'aime pas les riches", sous entendu il faut les traire comme les vaches à la ferme.

Au lieu d'aller chercher l'argent aux iles caïmans, en Suisse, au Luxembourg ou en Asie, là où les vrais riches le cachent, on ponctionne les familles. Elles sont gentilles, elles ne descendront pas dans la rue ! Grave erreur monsieur le président, car de plus en plus de familles moyennes sont au bord de la précarité. Elles ont réduit les 3 semaines de vacances à une seule ou n'en ont pas pris. Elles n'envisagent plus d'avoir un 3ème enfant ce qui les pénalisera encore pour la réforme des retraites qui les inquiète, car elles n'ont pas les moyens de se constituer une retraite complémentaire. Les familles nombreuses sont dans le collimateur, manifestement elles sont les mal-aimées de l'Etat.

Elles n'ont pas voulu du Mariage pour tous, elles ne veulent pas de l'euthanasie en fin de vie, pas plus que de la théorie du genre dans l'éducation nationale, réformes destinées à nous faire croire au progrès quand le chômage ne cesse d'augmenter ou stagne avec des emplois bidons. Les familles ne se laisseront pas faire. Contrairement à l'Etat, Familles de France, souhaite que les familles pauvres deviennent riches.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Ancien président de Familles de France, auteur "Les enfant d'abord" Editions du Rocher

Aucun commentaire à «Impôts : les familles, « vaches à lait » de l’Etat»

Laisser un commentaire

* Champs requis