Impôts locaux : votre ville est-elle concernée par une hausse ?

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Modifié le 21 septembre 2015 à 13h26
Impots Date Limite Avis Imposition
50%En France, les impôts locaux ont augmenté en moyenne de près de 50% en dix ans

Plus d’une ville sur trois a encore augmenté ses impôts locaux cette année, pour de multiples raisons. Faites-vous partie des contribuables épargnés ou directement impactés ?!

Une hausse modérée

Selon une étude du Forum de gestion des villes et des collectivités territoriales publiée par Le Figaro, plus d'un tiers des grandes villes françaises (37%) ont augmenté leurs impôts en 2015. Dans ces communes de plus de 100 000 habitants, ce sont précisément la taxe d'habitation et la taxe foncière qui ont augmenté.

La hausse est en moyenne de 1,8%, modérée donc. Mais tout de même. En France, les impôts locaux ont déjà augmenté en moyenne de près de 50% entre 2004 et 2014. Pourquoi ?

D’abord, parce que l’Etat n’a de cesse de se désengager, ce qui se matérialise par une baisse des dotations de 3,7 milliards d’euros en 2015 (et les mêmes montants sont attendus pour les années 2016 et 2017).

Ensuite, parce que les caisses des collectivités départementales sont vides ! Comme le soulignait un rapport de la Cour des Comptes en 2014, "leurs dépenses de fonctionnement sont supérieures à leurs recettes". Cela est dû au fait qu’elles financent une partie de l’aide sociale et qu’avec le vieillissement de la population et l’explosion des chiffres du chômage, elles sont de plus en plus mises à contribution.

Les Toulousains, Lyonnais et Bordelais grand perdants

Les habitants de certaines communes sont plus touchés que d’autres. Ainsi en ce qui concerne la taxe d'habitation, la plus forte hausse est enregistrée à Toulouse (+11,5%, soit 112 euros en plus par contribuable) puis viennent Lyon (+4,2%), Bordeaux (+3,7%) et Marseille (+3,3%).

Quant à la taxe foncière, c'est à Lille qu'elle a le plus augmenté en 2015 (+23,3%), devant Toulouse (+13,3%) et Strasbourg (+6%).

"Cette hausse est certes supérieure à ce que les élus avaient envie de faire. Mais elle est très inférieure à ce qu'elle sera l'an prochain, où l'on connaîtra un phénomène de rattrapage par rapport au cycle électoral", explique au Figaro le président du Forum. Aië !

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.