#3Novembre9h22 : les femmes travaillent gratuitement (car elles gagnent moins)

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 3 novembre 2021 à 6h21
Entreprise Place Femmes Direction
1%Les inégalités salariales ont augmenté de 1% entre 2020 et 2021.

Si le gouvernement a montré une certaine volonté de réduire les inégalités salariales hommes-femmes en France, l’impact de sa politique tarde à se faire sentir. Et contrairement à ce qui devrait se passer, en 2021 les inégalités salariales entre les deux sexes sont plus importantes qu’en 2020. Ainsi, dès ce 3 novembre 2021, les femmes travaillent « gratuitement » jusqu’à la fin de l’année.

Les femmes gagnent toujours 16,5% de moins que les hommes

C’est le collectif féministe Les Glorieuses qui lance, une nouvelle fois, l’alarme : dès ce 3 novembre 2021 à 9h22 très précisément, et jusqu’au 31 décembre 2021 à minuit, le travail des femmes est gratuit. La raison ? Une inégalité salariale qui leur fait gagner, selon les données Eurostat citées par Les Glorieuses, 16,5% de moins que les hommes, à travail égal. 16,5% d’une année, donc, les femmes ne sont pas rémunérées pour leur travail… et ces 16,5% commencent le 3 novembre 2021 à 9h22.

La situation, souligne le collectif féministe, a même empiré. En 2020, toujours selon les données Eurostat, l’écart de salaire pour le même travail entre un homme et une femme était de 15,5%. Loin de se résorber, l’inégalité salariale s’est amplifiée, notamment à cause de la crise sanitaire mais aussi à cause d’une politique publique inefficace.

Trois propositions pour lutter contre l’inégalité salariale

Alors que les candidats à la Présidentielle 2022 commencent leur campagne, Rebecca Amsellem, fondatrice de la newsletter Les Glorieuses en 2015, offre trois propositions qui, implémentées, aideraient à réduire fortement l’inégalité de salaires entre les sexes.

En premier lieu : une politique simple. Les marchés publics, les subventions publiques et les prêts garantis par l’État doivent être conditionnés à l’égalité salariale. Une politique efficace à coût zéro… mais qui risque de ne pas être écoutée par le gouvernement ; ce dernier n’a demandé aucune garantie pour les PGE, pas même des garanties concernant l’emploi ou le paiement des impôts.

Autre mesure proposée par Rebecca Amsellem : une revalorisation des salaries dans les secteurs où les femmes sont majoritaires, comme les infirmières (90,4% des travailleurs), les sages-femmes (87,7%) ou encore les enseignants (65,7%).

Modifier le congé paternité et le congé maternité pour inciter les deux parents à prendre de manière égale et égalitaire : l’obligation tacite qui est faite à la mère de prendre un congé maternité plus long (le congé paternité en France étant de quelques jours seulement) pèse en effet en fin de carrière sur la rémunération des femmes.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.   Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Aucun commentaire à «#3Novembre9h22 : les femmes travaillent gratuitement (car elles gagnent moins)»

Laisser un commentaire

* Champs requis