Les véhicules qui polluent auront bientôt interdiction d’entrer dans Paris ?

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Modifié le 13 janvier 2015 à 21h11

Les portes de Paris vont se fermer pour les véhicules jugés trop polluants (à l'exception du périphérique, et des bois de Boulogne et de Vincennes, du moins dans un premier temps). En fait, ils n'auraient accès à la capitale que le week end et les jours fériés.

Une pastille de couleur pour distinguer les véhicules trop polluants

La maire de Paris, Anne Hidalgo, est bien décidée à réduire la pollution dans sa commune. Comme le rapporte le journal Le Parisien-Aujourd'hui en France, elle a présenté cette nouvelle mesure aux élus de la municipalité. Qui en sont restés bouche bée pour certains d'entre eux !

Les véhicules, voitures, camions ou deux-roues qui émettent trop de gaz seront obligés de porter une pastille ou une puce de couleur distinctive. Le Premier ministre Manuel Valls a d'ailleurs proposé récemment une classification en la matière lors de la conférence environnementale. La police effectuera des contrôles, et leur interdira la libre circulation dans Paris intra-muros. Seront concernés aussi les poids lourds et les cars de tourisme les plus polluants.

Mais certains vont plus loin et estiment que, pour une efficacité réelle, il faudrait aussi étendre l'interdiction de circuler dans les communes situées à l'intérieur de l'A86 à tous les véhicules jugés trop polluants.

pollution-voitures-paris

Bientôt un Paris sans diesel, où le piéton est roi

Pour (tenter de) calmer la bronca, la Mairie envisage de créer un abonnement spécial Autolib' et Pass Navigo... Pas sûr que les élus, les commerçants et les professionnels concernés voient d'un très bon œil ces velléités écologiques !

La maire de Paris n'en est pas à son premier coup d'essai en la matière : récemment, Anne Hidalgo a annoncé qu'elle voulait "la fin du diesel à Paris en 2020" mais aussi rendre le centre de la capitale (Ier, IIe, IIIe et IVe arrondissements) "semi-piétonnier".

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.

Laisser un commentaire

* Champs requis