Non, Isabelle Kocher n’est pas la première femme patronne du CAC40

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 3 mai 2016 à 9h12
Engie Fin Tarifs Reglementes Gaz Cre Cjue
4,6 MILLIARDS €En 2015 Engie a enregistré uneperte nette de 4,6 milliards d'euros

C'est l'annonce majeure de cette journée du 3 mai 2016 : Isabelle Kocher est définitivement nommée à la tête d'Engie, prenant ainsi la succession de Gérard Mestrallet. Ainsi faisant, Isabelle Kocher prend la tête d'une entreprise du CAC40, une chose exceptionnelle en France. Mais, malheureusement, ce n'est pas la première femme à diriger l'une des 40 entreprises les plus puissantes de France.

Première femme nommée, oui, mais pas première patronne

Si la nomination d'Isabelle Kocher à la tête d'Engie a de quoi chambouler le panorama des dirigeants du CAC40 encore largement dominé par les hommes, elle n'est pas la première femme à diriger une entreprise de cet indice. La première est, depuis le 21 mars 2016, Sophie Bellon, à la tête de l'entreprise Sodexo.

A cette date, Sodexo a fait son retour dans l'indice des 40 valeurs les plus puissantes de France, après une parenthèse de près de 11 ans. De fait, Sophie Bellon est la première femme à diriger une entreprise du CAC40. Mais Isabelle Kocher a réussi un autre tour de force.

Si, en prenant la tête d'Engie, Isabelle Kocher n'est pas la première patronne du CAC40, elle est la première femme à avoir été nommée à la tête d'une entreprise du CAC40. Lorsque Sophie Bellon a pris la tête de Sodexo, en janvier 2016, l'entreprise fondée par son père n'était pas encore revenue dans l'indice.

Isabelle Kocher aux prises avec une Engie en crise

Le mandat d'Isabelle Kocher qui commence ce 3 mai 2016 ne sera pas facile : Engie a enregistré 4,6 milliards d'euros de pertes nettes en 2015 et doit faire face à la concurrence, rude, des autres fournisseurs de gaz qui prennent de plus en plus de parts de marché en France. Sans compter que les tarifs réglementés du gaz pratiqués par l'énergéticien pourraient disparaître, ils ont été attaqués à la Cour de Justice Européenne qui estime qu'ils pourraient causer une distorsion de la concurrence.

Mais, d'un autre côté, le gaz est revenu en force auprès des ménages français, porté par une baisse de prix depuis janvier 2015 de plus de 15 %. La nouvelle patronne d'Engie se donne 3 ans pour transformer l'entreprise, combler les pertes, céder des actifs et faire revenir les voyants de l'énergéticien au vert.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis