L’état d’urgence prolongé : quelles sont les conséquences au quotidien ?

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Modifié le 4 février 2016 à 10h51
Budget France Terrorisme Lutte Argent Financement Moyens
400Près de 400 personnes ont été assignées à résidence.

La question est délicate : comment parviendra t-on à sortir de l'état d'urgence, étant donné l'ampleur de la menace terroriste en France ? En attendant, le gouvernement a décidé de prolonger à nouveau l'état d'urgence. Qu'est-ce que cela implique pour nous ?

Bloqués à la maison

L'état d'urgence a été décrété pour douze jours après les attentats du 13 novembre 2015. Il a ensuite été prolongé une première fois, jusqu'à fin février. Et il vient d'être décidé qu'il serait à nouveau étendu pour trois mois, jusque fin mai.

Concrètement, cela signifie que des perquisitions administratives peuvent être menées et des assignations à résidence prononcées sans accord préalable d'un juge.

Tout individu à l’égard duquel "il existe des raisons sérieuses de penser que son comportement constitue une menace pour la sécurité et l’ordre publics" peut être assigné à résidence.

Fin janvier 2016, 392 personnes se trouvaient dans ce cas. Parmi elles, certaines ont l'obligation de se présenter périodiquement à la police ou à la gendarmerie, dans la limite de trois présentations par jour, éventuellement aussi les dimanches et jours fériés ou chômés.

Certaines aussi doivent remettre aux autorités leur passeport ou peuvent se voir interdire de se trouver en relation, directement ou indirectement, avec certaines personnes, nommément désignées, dont il existe des raisons sérieuses de penser que leur comportement constitue une menace pour la sécurité et l'ordre publics. Cette interdiction est levée dès qu'elle n'est plus nécessaire.

La circulation interdite dans certaines zones ?

Ce n'est pas tout : le préfet d'un département peut interdire la circulation des personnes ou des véhicules dans les lieux et aux heures fixés par arrêté, instituer des zones de protection ou de sécurité où le séjour des personnes est réglementé et interdire le séjour dans tout ou partie du département à toute personne cherchant à entraver, de quelque manière que ce soit, l'action des pouvoirs publics.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique. Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.

Aucun commentaire à «L’état d’urgence prolongé : quelles sont les conséquences au quotidien ?»

Laisser un commentaire

* Champs requis