L’Etat pourrait réquisitionner des terrains disponibles pour y construire des HLM

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Modifié le 26 janvier 2015 à 16h16
Shutterstock 166360829
150000Chaque année, l'Etat vise la création de 500000 logements, dont 150000 sociaux.

C'est à croire qu'aucun maire (et aucun habitant ?) ne veut de HLM sur sa commune... Pour accélérer la construction de logements sociaux et forcer la main aux élus, le ministre de la Ville, Patrick Kanner, estime que l'État pourrait "saisir des terrains disponibles" dans certaines communes ne respectant pas le quota de 25 % de logements sociaux afin d'y "construire" des habitations HLM.

Payer une amende plutôt que constuire des logements sociaux

Le ministre veut donc "durcir" la loi Solidarité rénovation urbaine, qui impose aux communes d'avoir 25% de logements sociaux. Et pour cause : personne, ou presque, ne la respecte ! De nombreux maires préfèrent en effet payer une amende que construire un HLM sur le territoire de leur commune.

Selon des chiffres publiés en 2012 par le gouvernement, moins de 50 communes ont atteint le taux de 20 % de logements sociaux depuis 2001. En dix ans, le taux moyen de logements sociaux des communes soumises à l’article 55 de la loi SRU n’a progressé que d’1 point, passant de 13 à 14 %. Et 364 communes n’ont pas respecté leur objectif. Pire, plus d’un tiers d’entre elles disposent de moins de 5 % de logements à destination des ménages à revenus modestes.

La mixité sociale est en jeu

Or il en va, selon le ministre, de la mixité sociale. Si l'on veut éviter la formation, au coeur des villes, de ghettos de riches ou de ghettos de pauvres, alors il faut, notamment, constuire des HLM un peu partout.

La loi SRU a été adoptée en 2000. Au départ, elle fixait l’obligation de construire 20% de logements sociaux. En 2013, ce taux a été porté à 25% d’ici 2025. François Hollande s’est engagé lors de la campagne présidentielle à faire respecter la loi auprès des villes récalcitrantes.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.

Laisser un commentaire

* Champs requis