La France investira 8 milliards d’euros dans des projets technologies européens

Par Olivier Sancerre Modifié le 13 décembre 2021 à 15h31
Investissement France Projets Europens 2
1,7 MILLIARDLes projets européens en lien avec les semi-conducteurs recevront 1,7 milliard d'euros d'argent public français.

La France veut pousser l'Europe à devenir un acteur majeur dans plusieurs des secteurs technologiques critiques, à commencer par les semi-conducteurs et les batteries électriques. Un investissement de 8 milliards d'euros a été annoncé.

L'Europe est à la traîne de la Chine et des États-Unis dans tous les secteurs des « technologies critiques », comme l'a déploré Bruno Le Maire durant une conférence de presse pour présenter les objectifs économiques de la France durant la présidence tournante de l'Union européenne. Paris présidera l'UE au premier semestre 2022, et l'ambition est là : créer « de nouvelles chaînes de valeur » sur le vieux continent et faire « jeu égal » avec les grandes puissances. Le ministre de l'Économie a ainsi annoncé un investissement de 8 milliards d'euros dans des projets importants d'intérêt européen commun (PIEEC).

Reconquête industrielle

Cinq grands secteurs ont été identifiés, qui bénéficieront de ces subsides : les batteries électriques, les semi-conducteurs, l'hydrogène, la santé et le cloud. Bercy va porter à 1,5 milliard son investissement afin que l'Europe soit « moins dépendante de la Chine ». Une usine va ainsi voir le jour à Douvrin, elle comptera 2.000 salariés. Pour les semi-conducteurs, la contribution française sera de 1,7 milliard d'euros, qui permettront notamment à STMicroelectronics d'augmenter sa production à Crolles. Pour Bruno Le Maire, « les semi-conducteurs sont devenus l'élément critique de toute relocalisation industrielle et de toute reconquête industrielle ».

Nouvelles chaînes de valeur

Sur le dossier de l'hydrogène, ce sont 3 milliards d'euros d'argent public français que se partageront plusieurs PIIEC. Plusieurs groupes tricolores en bénéficieront, dont Renault, Faurecia, Arkema, Plastic Omnium ou encore Symbio (piles à combustible). Les projets liés à la santé vont profiter d'1,5 milliard d'euros, ceux au nuage informatique 300 millions d'euros. Des sommes importantes, mais qui restent comparativement modestes face aux investissements de grandes entreprises : rien que pour cette année, Meta (anciennement Facebook) a englouti 10 milliards de dollars pour le développement de son métavers…

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.

Aucun commentaire à «La France investira 8 milliards d’euros dans des projets technologies européens»

Laisser un commentaire

* Champs requis