Le bénévolat bientôt pris en compte pour la retraite ?

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Publié le 14 avril 2015 à 12h46
Soupepopulaire
33%Un tiers des Français sont bénévoles.

L'idée parait séduisante, mais en ces temps de disette et de (presque) faillite des régimes de retraite, est-elle vraiment à propos ? Un rapport préconise d'intégrer l'engagement associatif dans la validation des trimestres de retraite. En somme, être bénévole pourrait tout de même rapporter de l'argent !

Stagiaires, bénévoles, même combat ?

Depuis peu, les stages en entreprise effectués par des étudiants sont pris en compte dans le calcul de la durée de cotisation pour la retraite. Le législateur a en effet estimé que les stages s’intègrent dans la vie professionnelle plus que dans la formation des étudiants.

Bientôt, le bénévolat pourrait lui aussi être, en quelque sorte, récompensé financièrement. C’est du moins la mesure proposée par un rapport sur "l'engagement citoyen" que le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone va remettre demain au chef de l'Etat.

Ceux qui consacrent un certain temps (la durée n'a pas encore été précisée) et surtout beaucoup d'énergie à donner, gratuitement, des cours aux enfants défavorisés, à rendre visite aux détenus, à amuser les enfants malades dans les hôpitaux, ou encore à distibuer des repas aux Restaurants du coeur seraient désormais remerciés par l'Etat. Evidemment, l’idée séduit du côté des associations.

Les Français champions du bénévolat

Actuellement, il faut 172 trimestres de cotisation nécessaires pour partir à la retraite. En théorie, il faut donc avoir travaillé l'équivalent de 43 ans minimum. En pratique, le service militaire ou le congé maternité permettent déjà de valider des trimestres sans travail effectif.

Mais pour l’heure, le rapport ne donne aucun détail sur la manière de financer cette mesure. Au combien séduisante, mais au combien onéreuse, quand on sait que 11 millions de Français sont engagés dans des associations.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.

Laisser un commentaire

* Champs requis