Le Covid a accéléré l’utilisation des plateformes de téléconsultation

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Partenaire Modifié le 6 octobre 2020 à 17h20
Covid 19 Utilisation Plateformes Teleconsultation
100%Toutes les consultations à distance sont prises en charge à 100% par l?Assurance Maladie jusqu'au 31 décembre 2020.

2020 marque un tournant dans l’évolution des pratiques médicales. Avec la crise sanitaire du Coronavirus Covid-19 et les mesures de restrictions de déplacements, la téléconsultation s’est présentée comme étant le meilleur moyen de consulter un médecin sans prendre le moindre risque. Quel bilan tirer ?

Covid-19 : quel est le rôle de la téléconsultation ?

La téléconsultation joue un rôle clé dans la gestion de la crise sanitaire. Dans le but de limiter la propagation du Coronavirus Covid-19, l’État a misé sur les atouts de la consultation d’un médecin en ligne. « Restez chez vous et si vous êtes malades, vous avez de la toux, de la fièvre, préférez la consultation d’un médecin à distance, c’est possible grâce à la téléconsultation », expliquait le directeur général de la Santé Jérôme Salomon, le 17 mars dernier. Nouveauté pour certains, habitudes pour d’autres, la téléconsultation a permis de désengorger les services d’urgences et de soulager la médecine de ville face à l’afflux important de patients.

Depuis le 15 septembre 2018, la téléconsultation est remboursée par l’Assurance Maladie et par la mutuelle à condition qu’elle s’inscrive dans le respect du parcours de soins coordonné. Pour soutenir l’usage de téléconsultation, le gouvernement a ajusté les conditions de recours. En effet, afin d’aider à gérer la crise sanitaire du Coronavirus Covid-19, toutes les consultations à distance sont prises en charge à 100% par l’Assurance Maladie jusqu'au 31 décembre 2020. Aussi, à titre dérogatoire, la Haute Autorité de Santé (HAS) précisait que « pour faire face à l’épidémie de Covid-19, les professionnels de santé peuvent utiliser des outils numériques/applications de communication « grand public » lorsqu’ils prennent en charge des patients présentant les symptômes de l'infection ou reconnus atteints du Coronavirus Covid-19 ».

Alors que la téléconsultation se développait jusqu’alors plutôt lentement, la crise sanitaire, soutenue par l’ajustement des conditions de recours, a permis de faire connaître la consultation en ligne aux médecins et à leurs patients. Selon les données partagées par l’Assurance Maladie, alors qu’en février 2020 on comptait 40 000 téléconsultations par mois, deux mois plus tard, en plein confinement, on est passé à 4,5 millions de téléconsultations.

Pourquoi continuer à téléconsulter ?

La crise sanitaire qui secoue le monde depuis quelques mois a mis en lumière tous les atouts de la téléconsultation. Que ce soit pour les patients ou les médecins, la consultation d’un médecin en ligne connaît un essor considérable du fait de ses nombreux avantages. Les plateformes proposant des téléconsultations permettent d’obtenir une consultation en ligne parfaitement sécurisée. La sécurité des données représente un enjeu primordial, à la fois par les patients et pour les médecins. Contrairement aux messageries instantanées telles que Messenger, Skype ou encore WhatsApp, les plateformes de téléconsultations permettent aux usagers de discuter et de télétransmettre des documents en ayant la garantie que les données échangées resteront confidentielles.

Téléconsultation : les praticiens jouent-ils le jeu ?

Encore quelque peu délaissée par les praticiens avant le confinement, la téléconsultation compte à présent plus de 45 000 professionnels de la santé selon les chiffres de l’Assurance Maladie. Ce nombre croissant de praticiens permet de réduire significativement les délais d’attente avant d’obtenir un rendez-vous, notamment lorsqu’il s’agit de consulter un praticien spécialisé. Selon une étude publiée en 2019 par l'Observatoire de l'accès aux soins, le délai d'attente pour un rendez-vous chez un spécialiste a augmenté en moyenne de 13 jours sur les 5 dernières années. En moyenne, selon la même étude, un patient doit attendre 60 jours pour obtenir un rendez-vous avec un médecin spécialisé. Certaines spécialités voient ce délai d’attente doubler. Par exemple, il faudra compter 94 jours pour obtenir une consultation avec un ophtalmologue en ville et plus de 120 jours en zones rurales.

La téléconsultation pour lutter contre les déserts médicaux ?

« Tant la démographie vieillissante des médecins que les aspirations des jeunes générations concourent à une diminution probable des effectifs libéraux dans les prochaines années, ce qui fait craindre un accroissement des inégalités territoriales d’accès aux soins », expliquait la Direction de la Recherche, des Études, de l’Évaluation et de Statistiques (DREES) dans son rapport de mai 2017. Depuis, les craintes se sont avérées : selon une étude publiée par la même direction en février 2020, le nombre d'individus habitant dans un désert médical est passé de 2,5 millions en 2015 à 3,8 millions en 2018. La téléconsultation permet de réduire la distance entre les patients et leurs médecins. Consulter un médecin en ligne apporte une réponse efficace aux problématiques des déserts médicaux où l’offre médicale est moindre et où l’accès aux soins est soumis à des délais importants.

Téléconsultation post Covid-19 : le succès va-t-il durer ?

La téléconsultation permet de faciliter l’accès aux soins de qualité sur l’ensemble du territoire français. Quel que soit le contexte, la pratique simplifie le suivi des pathologies chroniques des patients afin d’éviter le renoncement aux soins. Même si l’explosion du nombre de consultations en ligne s’explique par le confinement, la tendance semble se confirmer. L’Assurance Maladie enregistre plus de 650 000 actes en août, contre 40 000 actes en février. Il est vrai que les consultations en cabinet sont encore préférées à la téléconsultation. Toutefois, cette pratique tend à gagner du terrain dans les habitudes des Français. Selon un sondage OpinionWay, 54% des Français sont favorables à l’utilisation des outils de télécommunication pour effectuer leurs consultations médicales. Ce type de consultation profite également aux professionnels de la santé qui voient en la téléconsultation un moyen de limiter les déplacement et de nouer une relation médecin-patient plus efficace. Les praticiens ont aussi un rôle à jouer dans le développement de la téléconsultation en proposant cette solution alternative en complément d’un suivi régulier en cabinet. Pour répondre à cette demande, les médecins s’organisent afin de s’équiper et d’ajuster leur mode d’organisation du travail.