Présidentielle : et si on mettait le logement au coeur du pouvoir d’achat des Français ?

Photo Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Modifié le 9 février 2022 à 12h37
Argent Immobilier Logement Taxe France Strategie Loyer Implicite
un tiersLa part du logement atteint jusqu'à 1/3 des revenus pour la plupart des Français.

Depuis quelques jours, les candidats à l'élection présidentielle redoublent de promesses destinées à améliorer le pouvoir d’achat des français.

Des loyers aux prix intenables

Certains proposent d’augmenter les salaires, d’autres, d’augmenter les aides, mais dans les deux cas, c’est du pouvoir d’achat global dont il est question. En revanche, le “pouvoir d’achat” immobilier, c'est-à-dire, la capacité à louer un logement ou encore à l’acheter n’est que pas, ou peu traitée.

Et pour cause ai-je envie de vous dire, et pour cause. Dans les grandes villes, la situation devient tout bonnement ubuesque. Un studio se loue plusieurs centaines d’euros dans la plupart des capitales régionales, plus de 1.000 euros à Paris. À l’inverse, dans la fameuse France périphérique, rebaptisée dernièrement la France du Boncoin par un politologue, on brade des maisons entières, aussi bien à la location qu’à la vente.

Un pouvoir d'achat de plus en plus bas

Conséquence, les jeunes, aussi bien ceux qui font des études que ceux qui commencent un premier boulot, ont de plus en plus de mal à se loger. L’âge du départ de chez papa et maman n’en finit plus de reculer, pour frôler les 25 ans. Bien évidemment, on galère pour se loger à tout âge et pas seulement quand on est jeune : la part du logement dans le budget familial, que l’INSEE évalue à 17%, atteint en réalité chez beaucoup de Français 1/3 des revenus, quand ce n’est pas carrément la moitié.

Certains sans emploi ou retraités y consacrent même toutes leurs allocations ou leur pension et se débrouillent pour le reste, tout en priant pour ne pas être expulsés. Tout cela est intenable. S’il y a bien un chantier majeur auquel le prochain président devra s’attaquer, c’est celui du logement. On croise les doigts.

Photo Jean Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016. Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time.  En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007. Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+, Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an. En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier.  Il a également été éditorialiste économique sur Sud Radio de 2016 à 2018.   Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).

Aucun commentaire à «Présidentielle : et si on mettait le logement au coeur du pouvoir d’achat des Français ?»

Laisser un commentaire

* Champs requis