Le magazine Lui pourrait être vendu aux enchères pour régler les dettes de son propriétaire

Cropped Favicon 1.png
Par Jean-Baptiste Le Roux Publié le 27 mars 2014 à 14h40

Sept mois, c'est peut être la durée de vie du magazine pour hommes "Lui", relancé en septembre par Frédéric Beigbeder et le propriétaire du journal, Jean-Yves Le Fur. Ce dernier, endetté après des travaux dans son appartement, n'aurait d'autres choix que de vendre le titre de presse afin de régler ses dettes.

La presse va certes mal, mais la durée de vie d'un journal ou d'un magazine se limite rarement à moins d'un an.

Lui, le magazine masculin des années 70 relancé en septembre 2013

C'est peut être le sort qui attend Lui, un magazine pour homme lancé dans les années 1970, et relancé en septembre par l'écrivain Frédéric Beigbeder, avec le propriétaire du journal, l'homme d'affaires Jean-Yves Le Fur. Les deux hommes avaient, dans le but de relancer le magazine, monté ensemble en avril dernier une société, "Lui", dont Mr Le Fur détenait 70 % des parts.

Les travaux de l'appartement de Jean-Yves Le Fur pourraient lui coûter son magazine

Mais voilà, Jean-Yves Le Fur a un passif financier qui pourrait bien lui coûter son journal. En 2007, il avait fait réalisé dans son appartement parisien d'importants travaux d'aménagement, confiés à la société Atlante Construction et à des architectes. Ces derniers réclamaient le règlement de leurs honoraires, respectivement de 67 588 euros et 11 349 euros.

Jean-Yves Le Fur détiendrait 50 % des parts de la société Lui

L'homme d'affaires n'aurait pas réglé ses dettes, et bien qu'il ne possède, selon son avocat, plus que 50 % des parts de la société depuis juin 2013, le magazine pourrait bien être vendu aux enchères pour régler les entrepreneurs. Selon l'avocat de la société Atlante Construction, bien que les comptes bancaires de Mr Le Fur soient dans le rouge, les architectes ont obtenu en février le paiement de leurs honoraires, plus les intérêts, pour un montant de 18 327 euros.

Vendra, vendra pas ?

Reste à régler l'entrepreneur qui réclame depuis le 19 mars dernier la somme de 86 294 euros à Jean-Yves Le Fur. Or la vente aux enchères du titre de presse pourrait bien régler cette somme. Et même si Lui vaut plus que cette somme, Le Fur garderait la différence. L'intéressé déclarait pourtant jeudi 27 mars dans la matinée que son magazine n'est pas à vendre. Pour Me Vincent Toledano, l'avocat de l'entrepreneur, la vente aux enchères, publique, pourrait intervenir dans les prochaines semaines. Avis aux amateurs !

Cropped Favicon 1.png

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame où il anime des matinales et l'émission Parole d'Evêque. Il a travaillé pour Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et membre de l'Association des Journalistes de Défense. 

Laisser un commentaire

* Champs requis