Obésité : le nouveau fléau qui frappe l’Afrique

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par JOL Press Publié le 23 novembre 2012 à 12h55

Dans de nombreux pays africains, des enfants rachitiques souffrant de malnutrition deviennent des adultes en surpoids. Choix alimentaires, génétique, conditions sociales et croyances culturelles entrent en jeu dans ce phénomène encore peu étudié.

Les taux d'obésité montent en flèche en Afrique sub-saharienne, comme dans la plupart des régions du monde. Mais ici, le problème de l'obésité prend une forme inhabituelle et particulièrement préoccupante. Alors que la faim des enfants a toujours été le problème le plus urgent dans les pays africains, les chercheurs disent que, au terme de leur croissance, des enfants rachitiques deviennent souvent des adultes en surpoids.

Cela signifie que les pays encore ravagés par la malnutrition, ainsi que par les maladies infectieuses comme le paludisme et le Sida, sont confrontés à une batterie de problèmes de santé chroniques, comme le diabète et les maladies cardiaques. De plus, de nouvelles recherches ont révélé que les bébés nés de mères en surpoids ou obèses sont beaucoup plus susceptibles de mourir – un problème dévastateur en Afrique sub-saharienne, qui enregistre déjà quelques-uns des taux de mortalité infantile les plus élevés au monde.

Le Dr. Zandile Mchiza, une scientifique qui collabore avec le Conseil de recherche médicale d'Afrique du Sud, a déclaré que la recherche montre que « la sous-alimentation mène à l'obésité », mais la connexion n'est pas encore tout à fait comprise. Zandile Mchiza explique que, dans les endroits où la malnutrition chez les enfants est élevée, les adultes sont plus susceptibles d'être en surpoids ou obèses. En Afrique, les femmes adultes sont beaucoup plus susceptibles d'être obèses que les hommes.

« Alors que vous grandissez, si vous aviez un retard de croissance à la naissance, et que vous êtes ensuite exposé à une abondance de nourriture, vous prenez du poids », affirme Zandile Mchiza. Des facteurs comme les choix alimentaires, la génétique et les conditions sociales entrent en jeu, ainsi que les croyances culturelles – par exemple, une femme doit être joufflue pour être considérée comme belle et en bonne santé. « Les gens s'efforcent de trop manger pour ne pas être classés comme pauvres », explique-t-elle.

Le manque de données reste un problème majeur, et c’est pourquoi Zandile Mchiza a lancé le Groupe de recherche sur l'obésité en Afrique, pour relier les chercheurs de plusieurs pays d’Afrique subsaharienne, y compris au Ghana et au Kenya. En Afrique du Sud, pays le plus développé d’Afrique sub-saharienne, 61 % des adultes sont obèses, selon une étude publiée le mois dernier par GlaxoSmithKline, l'entreprise pharmaceutique. L'enquête a révélé que 78 % des personnes obèses se considéraient en bonne santé.

Alors que les taux d'obésité en Afrique sub-saharienne sont pour la plupart encore très faibles par rapport aux normes mondiales, ils devraient augmenter de façon spectaculaire au cours des deux prochaines décennies, avec l'urbanisation croissante et le développement. Les experts médicaux sont inquiets de la montée des maladies liées à l'obésité, comme les crises cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux, l'hypertension et le diabète de type 2. Dans de nombreux pays, les systèmes de soins de santé sont déjà surchargés et manquent de ressources.

Une étude publiée le mois dernier dans The Lancet, une revue médicale, a conclu que les bébés nés de mères en surpoids et obèses « sont nettement plus susceptibles de mourir ». Étonnamment, les chercheurs n'ont détecté aucune augmentation de la mortalité prénatale pour les bébés de mères souffrant d'insuffisance pondérale. L'auteur principal de l’étude, Jenny Cresswell, et ses collègues, ont examiné les chiffres de 27 pays africains sub-sahariens, dans ce qu'ils disent être la première étude connue de ce genre dans la région.

Dans les pays riches, les bébés nés de mères obèses sont également plus susceptibles de mourir. Mais Jenny Cresswell note que l'Afrique subsaharienne enregistre déjà les plus hauts taux de mortalité prénatale du monde, et c’est la région « où le fardeau de la mortalité prénatale est le plus grand ». « Pour beaucoup de gens, les pays à faibles revenus sont associés à des images de famine et de faim chronique, mais l'obésité est un problème croissant », écrit Jenny Cresswell. « Les changements globaux en cours, concernant le régime alimentaire face à la consommation d'aliments riches en matières grasses et en sucre, couplée à une urbanisation et à un mode de vie plus sédentaire pour de nombreuses populations, génèrent un déplacement vers le haut de l’indice de masse corporelle ».

Dans un commentaire lié à l’étude faite pour The Lancet, Ellen Nohr, de l'université d'Aarhus au Danemark, écrit que les résultats de cette étude « nous forcent à voir dans une perspective nouvelle la charge mondiale que constitue l'obésité pour la santé ». Elle ajoute que les « complications attribuées à l'obésité maternelle dans les pays à faibles revenus peuvent êtrebeaucoup plus nombreuses que celles remarquées dans les pays riches ».

Article repris chez notre partenaire JOL press

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Le site JOL-Press édité par la Société JOL-Press Editions est un site d'information qui propose aux internautes "un autre regard sur le monde". Dans une approche décloisonnée et internationale, JOL-Press apporte son savoir-faire au service de l’information, qu’elle soit médiatique, communautaire ou institutionnelle, en utilisant toutes les possibilités numériques, avec pour seule priorité, la qualité des contenus.

Laisser un commentaire

* Champs requis