Le plan de Manuel Valls pour faire 50 milliards d’économies

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 13 décembre 2022 à 20h41

Le nouveau premier ministre français n'avait pas encore dévoilé, malgré en avoir martelé le montant pendant des semaines, les mesures qui formaient son plan pour trouver 50 milliards d'économie. C'est chose faite au Conseil des Ministres de ce mercredi 16 avril 2014. Mais le résultat a été quelque peu décevant.

Des chiffres, des montants, mais pas de réformes structurelles

Manuel Valls a un peu plus détaillé son projet, en tout cas au niveau des montants : les 50 milliards d'économie seront répartis entre l'Etat (18 milliards d'économies), les collectivités locales et les dépenses sociales (10 milliards d'économies chacune) et 10 milliards 'économies pour l'Assurance-Maladie. Le compte est bon.

Si sur le papier c'est parfait, 10+11+11+18 = 50, dans la forme Valls a déçu. Car les grosses réformes structurelles qui étaient attendues aussi bien par la Droite que la Gauche et, surtout, par la Commission européenne, ne sont pas au rendez-vous.

Ne parlez pas de « plan d'austérité »

Le terme à la mode dans les politiques économies de l'Union Européenne, ces dernières années, est « plan d'austérité ». Des mesures drastiques pour redresser le pays. La Grèce, l'Espagne, L'Italie ont eu le leur. Mais pas la France ; et ce n'est toujours pas le cas.

Manuel Valls, sans doute par peur de représailles, a clairement annoncé qu'il ne s'agissait pas là d'un plan d'austérité. Pour la simple raison que ces économies sont destinées à augmenter le pouvoir d'achat des Français (naturellement, on ne sait pas comment) et à financer le célèbre Pacte de Responsabilité qui devrait faire redémarrer l'économie et relancer l'emploi.

Les prestations sociales gelées

Concernant le détail de ce « non plan d'austérité », Manuel Valls n'a pas fait de coup d'éclat. En fait, la plus grosse partie des économies prévues le sont déjà, les politiques publiques déjà lancées telles que la réforme des retraites devraient suffire à atteindre ces montants.

Toutefois, lors de ce Conseil des ministres, Valls a annoncé le gel des prestations sociales hors minima sociaux jusqu'en 2015. Avec la poursuite du gel du barème des fonctionnaires (politique déjà en place) cette décision fait partie des annonces les plus « fortes ». C'est tout dire.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.   Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Aucun commentaire à «Le plan de Manuel Valls pour faire 50 milliards d’économies»

Laisser un commentaire

* Champs requis