Innocuité des médicaments : la responsabilité des pharmacies et fabricants de médicaments ?

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par John Wirthlin Publié le 14 février 2022 à 16h07
Medicament Pharmacie Chloroquine Coronavirus
70%70% des patients se disent inquiets de recevoir des médicaments volés.

Malgré une surveillance stricte des chaînes d'approvisionnement pharmaceutiques, il existe certaines failles impactant considérablement la confiance qu’ont les patients envers les médicaments mais aussi envers les personnes qui les produisent, les recommandent et les distribuent.

7 patients sur 10 qui ont participé à l’étude Zebra sur la Vision de la Chaîne d'Approvisionnement Pharmaceutique se disent inquiets de recevoir des médicaments volés, contaminés, avariés, périmés ou contrefaits. Sans amélioration de la chaîne d'approvisionnement, 43 % craignent que le nombre de maladies et/ou de décès augmentent. Ainsi plus de 80 % des patients attendent des fabricants plus de transparence sur la manière dont leurs médicaments sont produits, manipulés, transportés et stockés. Ils veulent être sûrs que les médicaments ne présentent aucun risque.

Pourtant, les pratiques des fabricants ne sont pas les seules à être scrutées. Les pharmacies sont également sous le feu des critiques.

69 % des patients s’inquiètent de recevoir une dose incorrecte de médicaments en raison d'erreurs d'étiquetage et du préjudice que cela pourrait leur causer. Il n'est donc pas surprenant que plus de la moitié des patients considèrent que les pharmacies sont responsables de l’innocuité et de la qualité des médicaments.

S'approprier l'expérience du patient

Bien que tous les acteurs de l'industrie pharmaceutique soient tenus responsables de l’innocuité, de l'efficacité et de l'accessibilité des médicaments, les pharmaciens sont souvent le "visage" de cette industrie. Ce sont eux, ainsi que les médecins prescripteurs, que les patients contactent pour leur poser des questions et leur faire part de leurs préoccupations. Ce sont aussi eux que les cliniciens et les patients ont tendance à appeler en premier lorsqu'ils rencontrent un problème ou entendent parler de problèmes de sécurité potentiels.

Par conséquent, le personnel pharmaceutique doit faire preuve d'une attention particulière pour :

  • Identifier correctement le patient, vérifier l'ordonnance et contrôler les étiquettes pour s'assurer de la validité du médicament avant remise à un clinicien ou à un patient.

  • Fournir des instructions détaillées sur la façon de prendre le médicament et être prêt à répondre à toutes les questions.

  • La mise à jour des dossiers médicaux électroniques afin que les futurs médecins et les autres pharmaciens aient accès à l'historique complet du patient en cas de questions ou de modifications de traitement.

  • Enregistrer correctement le traitement d’une commande dans le système de gestion des stocks afin que les équipes d'approvisionnement puissent surveiller les taux de vente et voir quand les niveaux de stock atteignent le seuil de réapprovisionnement obligatoire.

  • Assurer une rotation correcte des médicaments pour éviter de distribuer des lots périmés.

  • Protéger les produits pharmaceutiques contre la falsification.

  • Contrôler la qualité des médicaments sensibles à la température.

En plus de la capacité de vérifier qu'un médicament est authentique, qu'il n'est pas périmé et qu'il ne fait pas l'objet d'un rappel ou d'une enquête, tous ces éléments influencent la confiance des patients à court et à long terme. Dans l'ensemble, les patients sont plutôt très satisfaits de la communication de ce type d'information par l'industrie pharmaceutique ; du moins pour l'instant. Toutefois, un taux de satisfaction de 70 à 80 % ne signifie pas 100 %. Il y a encore une marge d’amélioration possible. Perdre du terrain n’est donc pas envisageable quand on sait à quel point la confiance et la loyauté des patients est fragile.

Instaurer la confiance par la technologie et la transparence

L'une des meilleures choses que les pharmaciens puissent faire à l'heure actuelle est de tirer parti des technologies d'identification par radiofréquence (RFID) pour assurer le suivi et la traçabilité des niveaux et des mouvements des stocks, de la même manière que les hôpitaux utilisent la RFID pour surveiller et gérer les équipements, les fournitures et autres actifs. Bien sûr, il faut pour cela étiqueter chaque bouteille et chaque emballage, ce qui ne se fait pas à la source à grande échelle... ou du moins pas encore. Donc, si votre pharmacie n'est pas tout à fait prête à passer à la RFID, il faut s’assurer d'avoir au moins des scanners de codes-barres fiables à la disposition du personnel pour pouvoir scanner rapidement et précisément tout ; des emballages de médicaments aux cartes d'identité des clients et aux reçus de commande. De nombreuses commandes sont réalisées mais ne sont jamais récupérées. Le fait de pouvoir enregistrer facilement les commandes annulées et les stocks remis en rayon peut aider à maintenir plus facilement les niveaux de stock. Les technologies RFID et de code-barres sont également utiles pour vérifier l'utilisation des médicaments selon le principe du "premier entré, premier sorti", afin de minimiser l'administration de médicaments périmés et de réduire le gaspillage global. Et si un rappel se produit, vous devez être en mesure de savoir quels médicaments retirer et d'informer les cliniciens de votre cabinet sur la manière de traiter les demandes des patients et d'adapter les traitements.

Les technologies RFID et de code-barres présentent également d'autres avantages, comme la possibilité d'approfondir les informations que vous détenez sur les médicaments remis . Environ 80 % des patients sont aujourd'hui curieux de connaître les sources et les pays d'origine des ingrédients des médicaments, ainsi que les normes locales en matière de médicaments et les normes de durabilité et d'éthique des fabricants. Toutes ces données pourraient être récupérées au point de vente grâce à des étiquettes RFID ou à des codes-barres, à condition que les dispositifs soient correctement synchronisés avec les systèmes d'information essentiels sur les médicaments, tels que ceux gérés par les fabricants et les organismes de réglementation.

Lorsque vous achetez des étiquettes pour vos stocks, n'oubliez pas de vous demander si une étiquette sensible à la température pourrait être utile. Vous comptez probablement sur les capteurs de température des chambres froides pour garantir la stabilité des médicaments, mais ils peuvent se briser, tandis que les médicaments et les vaccins peuvent être laissés sur le comptoir en cas d'affluence. Pouvoir confirmer qu'un changement de température s'est produite afin de ne pas gaspiller inutilement des doses ou au contraire administrer des doses qui auraient dû être jetées est donc fondamental.

Ne vous fiez pas uniquement aux règlements

Près des deux tiers des patients estiment qu'une réglementation accrue de la chaîne d'approvisionnement pharmaceutique est nécessaire et 56 % des décideurs du secteur sont du même avis (même si un tiers d'entre eux classent déjà la conformité réglementaire parmi les cinq principaux défis auxquels leurs entreprises sont confrontées aujourd'hui). Une réglementation accrue contribuera-t-elle à garantir que les médicaments que vous délivrez sont sûrs, efficaces et accessibles ? C'est possible. Mais pourquoi attendre la réglementation pour mettre en œuvre les outils technologiques qui seront finalement obligatoires pour protéger les patients et restaurer la confiance dans les produits pharmaceutiques ?

Plus vous en saurez sur l'état des stocks historiques, actuels et entrants, plus vous serez en mesure de collaborer efficacement avec les organismes de réglementation, les partenaires de la chaîne d'approvisionnement et les patients pour trouver des solutions aux problèmes et rétablir la confiance dans l’innocuité et l'efficacité des médicaments.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Industry Principal, Manufacturing, Transportation, and Logistics chez Zebra Technologies

Aucun commentaire à «Innocuité des médicaments : la responsabilité des pharmacies et fabricants de médicaments ?»

Laisser un commentaire

* Champs requis