Les buralistes mobilisés contre la loi de financement de la sécurité sociale

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Daniel Fauvert Modifié le 12 novembre 2014 à 14h12

Les buralistes, une nouvelle fois en colère, ont manifesté le mercredi 5 novembre devant les grilles du Sénat. La raison de leur mécontentement ? Le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) qui est justement en plein débat au Sénat.

Inquiets de ne plus gagner autant

En France, nous comptons pas moins de 27 000 buralistes installés au quatre coins de l’Hexagone. Leur premier sujet d’inquiétude est l’augmentation de la taxe contre les cigares et les cigarillos qui vient d’être votée à l’Assemblée nationale alors que le gouvernement était contre. Selon le président de la confédération des buralistes, Pascal Montredon, « si cet amendement, qui vise à multiplier par 2,5 les prix de ces produits, est appliqué, c’est une activité complémentaire pour les buralistes qui va disparaitre ». La confédération des buralistes a d’ailleurs demandé aux sénateurs de supprimer cet amendement au PLFSS.

Les vendeurs de tabacs sont aussi mobilisés contre la perspective d’une nouvelle hausse des prix des paquets de cigarettes qui devrait s’appliquer au 1er janvier 2015. Néanmoins, le montant ce cette hausse est toujours inconnu. Enfin, le dernier sujet de mécontentement des buralistes est la mise en place, à partir de 2016, du paquet de cigarettes neutre, sans logo et sans marque.

Un secteur puissant

Ce qui fait de cette mobilisation un véritable sujet économique, c’est le poids que le secteur du tabac représente en France. En 2012, le réseau des buralistes comptait 26 897 établissements. Rappelons que ces commerçants ne vendent pas seulement du tabac, mais aussi le plus souvent, des cafés, des timbres fiscaux, des jeux de la Française des jeux ou du PMU, mais aussi des produits de La Poste.

Côté chiffre, les buralistes n’emploient pas moins de 100 000 personnes et réalisent 31 milliards d’euros de chiffres d’affaires par an, c’est véritablement colossal. Pour l’État, les recettes du tabac ont représenté en 2013, 11,2 milliards d’euros sans compter la TVA. Buraliste c’est aussi un métier de proximité. En effet, 46 % d’entre eux exercent dans des communes de moins de 3 500 habitants.

Avec le développement de la cigarette électronique et les différentes hausses du prix du tabac, les ventes de cigarettes sont en baisse depuis deux ans. Le marché a encore reculé de 5,7 % en septembre 2014 par rapport à la même période en 2013 qui représentait déjà 7,6 % de moins que 2012.

Oui, les buralistes vendent de moins en moins de tabac, mais n’oublions pas de rappeler que cela s’inscrit dans une politique de santé. La cigarette tue et il ne faut pas s’en cacher. Alors si certaines politiques peuvent permettre de réduire le nombre de fumeurs, il ne faut pas se poser de questions. Néanmoins il convient aussi de ne pas laisser les buralistes sur le tapis et de trouver d’autres moyens pour eux de gagner leur vie que la vente de tabac.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Consultant en stratégie à mon compte, après avoir longtemps officié au sein d'un célèbre cabinet originaire du Massachusetts.

Aucun commentaire à «Les buralistes mobilisés contre la loi de financement de la sécurité sociale»

Laisser un commentaire

* Champs requis