Loi Travail : les étudiants dans la rue le 9 mars pour un remake de 2006 ?

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Publié le 1 mars 2016 à 11h42
Unef Etudiants Syndicats Loi Travail Manifestation Menace
800000La pétition contre la Loi Travail a dépassé les 800 000 signatures.

La pire crainte du gouvernement, qui doit déjà faire face à des divisions au sein du PS et à une fronde médiatique contre son projet de loi Travail, est devenue réalité. Les étudiants vont descendre dans la rue le 9 mars 2016 pour protester contre l'avant-projet de loi. Une situation qui risque de rappeler de mauvais souvenirs à la classe politique.

Le 9 mars 2016 la France va se mobiliser

L'Unef a tranché : les étudiants vont se mobiliser. Réunie ce mardi 1er mars 2016 sur la question des mesures à prendre contre la Loi Travail de Myriam El Khomri, l'Unef a fait savoir qu'elle allait mobiliser ses troupes. La dernière fois que les étudiants se sont mobilisés, le gouvernement n'a pu rien faire contre les attaques des jeunes. C'était en 2006, Dominique De Villepin était Premier ministre et le gouvernement présentait le CPE. La loi avait été retirée très rapidement.

Le 9 mars, les étudiants descendront donc dans la rue et se mobiliseront. Une mobilisation qui a de quoi inquiéter car son but est clair : elle continuera "jusqu'au retrait total et entier du projet de loi". Un projet qui, selon l'Unef, franchit une ligne rouge grave".

Comme en 2006, les syndicats des lycéens, les organisations politiques de la jeunesse et de nombreuses autres organisations se sont associées à l'appel de l'Unef pré annonçant un remake de 2006.

Le 9 mars, préparez-vous à une journée compliquée

Cette mobilisation étudiante était la dernière crainte du gouvernement. La pétition contre le projet de loi a dépassé les 800 000 signatures et des manifestations sont déjà annoncées partout en France. Qui plus est, le 9 mars également, mais pour d'autres raisons, les 4 syndicats de la SNCFR ont annoncé une journée de grève.

Les Français risquent donc de se retrouver pris dans le piège des manifestations un peu partout, et surtout dans les grandes villes. Il va falloir faire preuve de patience.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis