Parti Socialiste : Un adhérent du PS sur trois est à jour de cotisation…. 2014 !

Photo Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Modifié le 1 décembre 2014 à 16h32

Il n'y a pas que François Hollande dont les sondages soient catastrophiques : le sondage grandeur nature que constitue les adhésions à un parti parle de lui-même. Au Parti Socialiste, seuls 60 000 des 150 000 adhérents revendiqués seraient à jour de cotisation... 2014, comme l'avoue Jean-Christophe Cambadélis lui-même ! Le Premier secrétaire du PS a reconnu sur Europe 1, dimanche 30 novembre, que la situation financière du parti était inquiétante.

Le problème, c'est que le PS comptait sur 2,3 millions d'euros de recettes grâce aux adhésions, sur 2014. Or, au dernier pointage connu, début août, seuls.... 530 000 euros étaient effectivement rentrés, soit à peine plus du tiers des recettes prévues à date ! Fort heureusement, les cotisations des adhérents ne pèsent pas grand chose dans le budget du parti. En 2011, le PS pouvait compter sur près de 60 millions d'euros pour financer ses actions et rémunérer ses permanents. Rien que les salaires représentaient cette année-là plus de 21 millions d'euros : le PS est réputé être le parti avec la plus grosse équipe de salariés, tant au siège national de la rue de Solférino que dans les fédérations.

Avec 60 000 adhérents à jour, le PS passe derrière le Front national, qui en revendique 83 000, et loin derrière l'UMP qui en déclare 237 000. Pourtant, l'adhésion simple au PS ne revient qu'à 20 euros, contre 30 euros pour l'UMP, et... 50 euros pour le Front national, qui réclame 30 euros pour les "revenus modestes", contre 15 à l'UMP, et 10 au PS. Mais à la différence de l'UMP et du PS pour lesquels le financement public représente l'essentiel de la manne financière (28,5 millions d'euros pour le Parti Socialiste, 19,8 pour l'UMP), le FN ne touche "que" 5,5 millions d'euros par an depuis 2013, ce qui est tout de même trois fois plus que sa dotation 2012, de seulement 1,74 million d'euros.

cotisation-parti-socialiste

Chaque député socialiste ou apparenté apporte 42 000 euros de financements publics à sa formation.

Photo Jean Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+, Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. Il a également été éditorialiste économique sur Sud Radio de 2016 à 2018. Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).

Laisser un commentaire

* Champs requis