Netflix : des « badges » à gagner pour les enfants s’ils regardent une série

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 12 mars 2018 à 7h53
Netflix Premier Trimestre 2
28%En 2018 le catalogue Netflix est composé à 28% de séries.

Le principe des « badges » à gagner est bien connu dans le monde des jeux-vidéos : sur les plateformes il est possible de débloquer des récompenses totalement symboliques pour avoir réalisé tel ou tel exploit dans le jeu, comme, par exemple, avoir découvert toutes les pièces secrètes. Ces récompenses s’affichent sur le profil du joueur et lui permettent de montrer son avancement dans le jeu.

Netflix semble intéressé à un système similaire si on en croit le magazine Variety et plusieurs utilisateurs Twitter.

Des récompenses… pour les enfants ?

Jusqu’à présent les badges qu’il est possible de gagner sont en réalité un seul : un cadenas débloqué. Mais rien n’empêche Netflix d’imaginer toute une série de récompenses comme « avoir regardé tous les épisodes de la série en une semaine » ou « avoir regardé la série trois fois... ».

L’idée, en soi, n’est pas mauvaise : le seul problème est qu’il semblerait que ces badges se destinent essentiellement aux séries et films pour les enfants. Netflix pourrait donc être en train de chercher un moyen de les inciter à regarder toujours plus d’épisodes, un peu à l’instar de ce que font les jeunes, ce qui déplaît fortement aux parents concernés.

Les enfants coincés dans un système de « jeu » ?

Sur Twitter, plusieurs parents ont déjà critiqué la décision de Netflix qui n’est, pour l’instant, qu’en phase de test. Bien que le géant de la SVOD Illimitée se défende et parle d’une « expérience plus interactive », ce dernier ne cache pas qu’il cible effectivement les enfants.

Pour les parents, le problème est simple : les enfants risquent de vouloir débloquer les récompenses au plus vite, rajoutant une dimension addictive au fait de regarder la télévision. Or, tout le monde le sait, trop de télévision n’est pas bon pour la santé des enfants, notamment pour les yeux, et il est déjà assez difficile de les déloger de devant l’écran en temps normal.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis