Santé : 55 000 médecins ont immigré en France pour y exercer

Photo Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Modifié le 28 novembre 2014 à 6h12

C'est un rapport étonnant que le Conseil National de l'Ordre des Médecins (CNOM) a rendu public jeudi 27 novembre. Il révèle qu'en France, en 2014, un médecin sur cinq est d'orgine étrangère, sachant que les 3/4 ont acquis la nationalité française depuis qu'ils exercent en France.

Sur le lot, près de la moitié (44 %) viennent d'Afrique du Nord : Algérie, Maroc et Tunisie, notamment parce que l'enseignement qui est prodigué dans les facultés de médecines locales n'est pas trés éloignés du notre, et parce que leur intégration est facilitée par la connaissance du français, dans lequel notamment ils ont "fait médecine". En revanche, seuls 25 % des médecins nés à l'étranger installés en France viennent d'Europe.

Les médecins titulaires d'un diplôme acquis à l'étranger obtiennent des équivalences avec les diplômes français, plus ou moins facilement en fonction de leur pays d'origine, leur permettant d'exercer. Ainsi, les diplômes délivrés par des pays membres de l'Union Européenne sont convertis en diplômes nationaux de plein droit, en vertu de la directive instaurant la libre circulation des biens et des personnes dans l'espace économique commun. D'autres pays, notamment évidemment, les anciennes colonies françaises d'Afrique ou d'Asie, ont également signé des accords bi-latéraux avec la France permettant la reconnaissance croisée des diplômes.

Cet apport massif de médecins formés à l'étranger, qui permet d'éviter une désertification médicale acccélérée de certains régions de France n'est cependant pas vue d'un très bon oeil par les étudiants en médecine français : leur nombre est en effet limité par la loi, le fameux "numerus clausus" ! En France, en 2014, seuls 12807 étudiants en médecine ont passé le couperet de la deuxième année, tous les autres étant éliminés non parce qu'ils n'avaient pas le niveau, mais parce qu'ils étaient trop bas dans le classement des résultats de leur faculté... Dans une académie comme Versailles par exemple, le nombre de places disponibles s'élève à 1518. 1451 à Dijon.

Parmi les médecins nés à l'étranger qui viennent s'installer en France pour exercer, des généralistes (ils sont 17 550 sur un total de 90 600 en France), mais aussi beaucoup de spécialistes, en particulier des spécialistes dont le nombre se fait rare en France, comme les gynécos, les psychiatres, les ophtalmologistes, les anésthésistes et les radiologues.

Cet apport non négligeable de médecins formés à l'étranger est une aubaine pour l'Université française, qui n'a pas à financer leurs études (former un médecin coûte en moyenne 125 000 euros à la Nation). Mais à l'inverse, ces médecins formés à l'étranger vont y manquer, alors même que leurs études ont été financées par leur pays d'origine...

Photo Jean Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+, Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. Il a également été éditorialiste économique sur Sud Radio de 2016 à 2018. Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).