RATP : plus de passagers mais un bénéfice en chute libre en 2016

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Publié le 28 mars 2017 à 6h45
Nombre Voyageurs Ratp Metro Paris 2016 Benefice
2,2%La frude dans le métro a été de 2,2% en 2016.

L’heure est venue, pour la RATP, de faire les comptes : l’année 2016 a été riche en changements au niveau des tarifs mais également au niveau des investissements et de la gestion des rentrées d’argent. Résultat : si l’entreprise est rentable, son bénéfice net est en chute libre. Mais le nombre de passagers transportés, lui, augmente.

La RATP a transporté 3,3 milliards de personnes en 2016

Lundi 27 mars 2017 la RATP a dévoilé les chiffres de son exercice 2016 et il est clair que les métros, déjà bondés aux heures de pointe, ne désemplissent pas : pas moins de 3,3 milliards de personnes ont emprunté les services de la RATP (bus, métro, RER) en 2016. Un nombre en hausse de 1,6 % sur un an.

La hausse, toutefois, est à prendre avec des pincettes : 2016 était une année bissextile, donc avec une journée en plus, tandis que les attentats de Paris ont continué de peser sur la fréquentation touristique. l’augmentation de la fréquentation n’est donc pas une donnée viable.

Par contre, ce qui est sûr, c’est que les Parisiens et autres habitants d’Île-de-France ont bénéficié d’une augmentation de la ponctualité des services : 98 % des métros étaient à l’heure aux heures de pointe en 2016. Pour ce qui est des RER, c’est l’inverse : seuls 88,5 % des RER B et 83,9 % des RER A ont été à l’heure en 2016.

Le bénéfice est en baisse, tout comme le chiffre d’affaires

Côté argent, les choses ne se présentent pas bien pour la RATP : si le groupe reste dans le vert en 2016 avec un bénéfice net de 171 millions d’euros, ce dernier chute de 43,4 % sur un an. Il avait été de 302 millions en 2015. Une des raisons est le premier paiement de l’impôt sur les sociétés : la RATP en était exempte jusqu’en 2016. Une dépense de 28 millions d’euros qui n’explique toutefois pas tout.

Le chiffre d’affaires, lui, chute de 1,9 % à 5,45 milliards d’euros. Mais la bonne nouvelle est que la fraude est en chute libre : -27 % en un an sur les RER A et B, grâce notamment au passe Navigo à tarif unique.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.   Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio