Investir dans des obligations est devenu stupide pour Ray Dalio

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Charles Sannat Publié le 17 mars 2021 à 7h42
Manager De Transtion Investissement Entreprises
1%En France, les OAT à 30 ans rapportent moins de 1%

Ray Dalio est une légende sur les marchés financiers, il est l’équivalent d’un Warren Buffett sur les actions mais sur le marché des obligations.

C’est lui qui a fondé le plus gros fonds obligataire du monde entier et de tous les temps.

C’est un « monstre », et lorsque Ray Dalio, LE professionnel des obligations vous dit « qu’investir dans des obligations est devenu stupide », vous feriez mieux de l’écouter.

Ne m’écoutez pas moi.

Ecoutez le, lui.

Le fondateur de Bridgewater Associates, la plus grande société de fonds spéculatifs au monde, a dénoncé lundi les « rendements ridiculement bas » des obligations dans un article sur son blog LinkedIn, tout en exhortant à un portefeuille diversifié.

« L’économie de l’investissement dans les obligations (et la plupart des actifs financiers) est devenue stupide. . . Plutôt que d’être payé moins que l’inflation, pourquoi ne pas acheter à la place des choses – des choses – qui égaleront l’inflation ou mieux ? «

Dalio n’a jamais non plus été fan de la détention de liquidités – et il ne l’est toujours pas.

« Je crois que les liquidités sont et continueront d’être des ordures (c’est-à-dire qu’elles ont des rendements significativement négatifs par rapport à l’inflation), donc il est avantageux a) d’emprunter des liquidités plutôt que de les détenir comme un actif et b) d’acheter des actifs d’investissement de la dette », écrit-il.

« L’histoire et la logique montrent que les banques centrales, lorsqu’elles sont confrontées à la situation de déséquilibre offre / demande qui conduirait les taux d’intérêt à augmenter plus que ce qui est souhaitable à la lumière des circonstances économiques, imprimeront de l’argent pour acheter des obligations et créeront des ‘contrôles de la courbe des taux. Elles vont mettre un plafond sur les rendements obligataires et cela dévalorisera les liquidités », a déclaré Dalio. « Cela rend l’argent liquide terrible à posséder et très agréable à emprunter. »

Dalio a également averti qu’un impôt sur la fortune aux États-Unis , comme celui proposé par la sénatrice Elizabeth Warren, ne conduirait qu’à des sorties de capitaux et à des efforts pour éviter les impôts. « Les États-Unis pourraient être perçus comme un endroit inhospitalier pour le capitalisme et les capitalistes », a-t-il écrit.

Alors, que recommande Dalio sur le marché actuel ?

« Je crois qu’un portefeuille bien diversifié d’actifs non-dette et non-dollar ainsi qu’une position de trésorerie courte est préférable à un mix actions / obligations traditionnel fortement biaisé en dollars américains. Je pense également que les actifs des pays développés à monnaie de réserve matures sous-performeront les marchés des pays émergents asiatiques (y compris chinois). Je pense également qu’il faut être attentif aux changements fiscaux et à la possibilité de contrôles des capitaux. »

Alors que vous dit Ray Dalio ?

Que ça va être sérieusement la chienlit économique dans les mois qui viennent. Qu’il ne faut pas détenir de titres de dettes, qu’il vaudrait mieux d’ailleurs emprunter plutot que de posséder des liquidités. En un mot, Ray Dalio, vous invite à regarder les actifs tangibles. Concernant les investissements en Chine, je ne n’y suis pas favorable. C’est sans doute une excellent idée en soi, mais, investir en Chine revient à confier son patrimoine et son argent au Parti Communiste Chinois et je considère que lorsque l’on parle d’investissement et de parti communiste dans la même phrase il y a une contradiction majeure dans les termes du problème !

Restez à l’écoute.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Charles SANNAT est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d'AuCoffre.com en 2011.Il rédige quotidiennement Insolentiae, son nouveau blog disponible à l'adresse http://insolentiae.com Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.

Aucun commentaire à «Investir dans des obligations est devenu stupide pour Ray Dalio»

Laisser un commentaire

* Champs requis