Opérateurs mobiles : après SFR, Virgin Mobile accélère sa cession

Cropped Favicon 1.png
Par Jean-Baptiste Le Roux Publié le 7 mai 2014 à 13h32

Une nouvelle cession approche dans le paysage des opérateurs mobiles. Virgin Mobile, un des opérateurs virtuels en service en France, accélère le dossier de sa cession. L’un de ses principaux actionnaires souhaite revendre ses parts rapidement.

Cette vente de parts sera plus modeste que la cession de SFR, et fera certainement couler beaucoup moins d’encre.

Virgin Mobile : un actionnaire majoritaire vend ses parts

L’un des principaux actionnaires de Virgin Mobile, Carphone Warehouse, s’apprête à revendre les 46 % de parts qu’il détient chez l’opérateur français. C’est près de la moitié des parts de l’opérateur virtuel qui seraient donc sur le point d’être vendues. A l’inverse, les deux autres actionnaires, Virgin Group (46 %) et du management (8 %) devraient conserver leur participation.

Des financiers émiratiens pressentis pour racheter les parts

Pour reprendre la participation du britannique Carphone Warehouse, les dirigeants de l’opérateur mobile penseraient actuellement, selon une source proche du dossier, à faire entrer au capital un ou plusieurs financiers émiratiens. Toutefois, la date d’entrée au capital, évoquée par Les Echos pour le 15 mai, semble réfutée ce mercredi par cette source, citée par Le Figaro.

Pas d'entrée en Bourse évoquée pour le moment

Outre ces financiers, deux opérateurs historiques, qui ont récemment fait parler d’eux, SFR et Bouygues Telecom, seraient également en lice. Une petite opération à côté du rachat de SFR par Numericable, mais qui leur permettrait néanmoins d’optimiser leurs infrastructures. Evidemment, dans ces cessions, une option est toujours évoquée, à savoir l’introduction en Bourse. Virgin Mobile n’a rien annoncé à ce sujet pour le moment.

Cropped Favicon 1.png

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame où il anime des matinales et l'émission Parole d'Evêque. Il a travaillé pour Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et membre de l'Association des Journalistes de Défense.