Al Italia : Etihad (Etats Arabes Unis) pourrait investir 300 millions d’euros

Photo Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Modifié le 19 décembre 2013 à 9h12

Al Italia aux abois, sauvé par Etihad Airways ? L'information révélée ce matin par Bloomberg devrait faire l'effet d'une bombe dans le ciel aérien européen, alors que jusqu'ici les compagnies du Moyen-Orient opéraient en propre avec leurs appareils sur le continent européen, et uniquement pour des vols internationaux.

En entrant au capital d'Alitalia, qui assure évidemment les vols intérieurs italiens, et des vols européens en plus de ses vols internationaux, Etihad changerait de braquet. En injectant 300 millions d'euros dans la compagnie nationale italienne en difficulté, Etihad en deviendrait en effet le principal actionnaire, quand dans le même temps Air France-KLM, qui détenait jusqu'ici 25 % d'Alitalia passerait à 8 %. On imagine aisément que par le biais de cet investissment, le hub, plateforme aéoroportuaire de Etihad, basé à Abu Dhabi, deviendrait à terme la destination de prédilection des avions de la compagnie italienne lors des vols internationaux.

Une compagnie du Moyen-Orient deviendrait opérateur de vols intérieurs en Europe

La presse italienne reprend largement la nouvelle jeudi 19 décembre, qui, si elle se confirmait, déclencherait un séisme dans la péninsule. Déjà, lors de l'entrée au capital d'Air France-KLM dans Alitalia, de nombreux commentateurs et politiques s'en étaient offusqués, acceptant difficilement que deux compagnies aériennes étrangères soient obligées de venir au secours de la compagnie nationale. Alors l'arrivée d'une compagnie du Moyen-Orient, qui plus est pour devenir principal actionnaire, braque encore un peu plus.

Pas de réaction du gouvernement italien

D'après Bloomberg qui cite des sources anonymes proches du management de la compagnie, une rencontre devrait avoir lieu jeudi 19 décembre à Rome entre des représentants d'Etihad Airways et des représentants d'Alitalia. Jeudi matin, le gouvernement italien, très investi dans le dossier, n'avait pas encore officiellement réagi à la nouvelle.

Photo Jean Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+, Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. Il a également été éditorialiste économique sur Sud Radio de 2016 à 2018. Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).

Laisser un commentaire

* Champs requis