Covid-19 et Pâques : pas d’allègement des restrictions ?

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 23 mars 2021 à 6h05
Chocolat
4%Les chocolatiers réalisent près de 4% de leur chiffre d'affaires à Pâques.

La France fait face à une troisième vague de contaminations par le Sars-CoV-2 qui a conduit le gouvernement à confiner, même si de façon relativement souple, 16 départements. Un Confinement 3 qui pourrait être étendu et qui va être d’actualité lors des fêtes de Pâques. Mais si à Noël, la famille avait été privilégiée, à Pâques ce devrait être une autre histoire.

Pâques ne se fera pas en famille

La fête de Pâques est-elle moins importante que Noël pour le gouvernement ? Si on en croit les informations que BFMTV a pu obtenir, lundi 22 mars 2021, de sources gouvernementales, c’est le cas. Selon la chaîne, en effet, le gouvernement serait en train d’opter pour une ligne dure concernant les réunions en famille durant le week-end pascal… qui est de plus un week-end de trois jours, du fait du lundi de Pâques, férié. Pour rappel, Pâques, en 2021, tombe le dimanche 4 avril.

Il paraît évident que le gouvernement veut éviter, durant ce week-end long, des déplacements de populations qui pourraient conduire à une propagation du virus partout sur le territoire, ce qui ne ferait qu’exacerber la troisième vague de la pandémie de Covid-19. D’autant plus que les beaux jours commencent avec le Printemps et que… les ponts traditionnels de mai ne seront pas au rendez-vous cette année 2021, les 1er et 8 mai 2021 tombant un samedi.

Un coup dur pour les chocolatiers ?

Si le gouvernement confirme les informations de BFMTV et, donc, l’interdiction de se retrouver en famille durant le week-end pascal, ce sera un énième coup dur pour les chocolatiers pour qui les fêtes de Pâques sont stratégiques. Avec environ 4% des ventes annuelles, grâce à la tradition des oeufs, Pâques est en effet la deuxième période la plus lucrative pour les spécialistes du chocolat, derrière Noël qui représente un peu moins de 10% des ventes.

L’incompréhension risque donc d’être totale pour le secteur : le gouvernement a décidé, pour ce Confinement 3, de qualifier les chocolatiers « commerces de première nécessité » afin de leur permettre de rester ouverts durant cette période. Mais si les fêtes de Pâques en famille sont annulées, les ventes pourraient bien être très décevantes.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis