Covid-19 : fin du Pass vaccinal cet été 2022 (ou pas) ?

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 3 février 2022 à 10h21
Covid 19 Test Grandes Surfaces 1
5%Le sous-variant Omicron BA.2 représenterait 5% des infections en France.

Mercredi 2 février 2022, Olivier Véran, ministre de la Santé, était l’invité du plateau de BFMTV pour faire le point sur la pandémie et les restrictions sanitaires. Le pic pandémique lié au variant Omicron est passé, mais le sous-variant inquiète. Mais il y a une chance que le Pass vaccinal soit supprimé en France cet été 2022.

Omicron : le pic pandémique passé, le sous-variant BA.2 sous surveillance

Alors que Santé publique France a enregistré un nombre de nouveaux cas de Covid-19 en forte baisse, mardi 2 février 2022, soit 315.363 nouveaux cas contre plus de 400.000 en 24 heures la veille, Olivier Véran semble optimiste : « Globalement, à l'échelle du pays, on a dépassé le pic. L'évolution naturelle, c'est plutôt qu'on sorte de cette vague ». Une bonne nouvelle qui s’accompagne également de la fin du pic des hospitalisations et des réanimations.

La situation s’améliore donc sur le front de la pandémie, ce qui justifie également la levée des premières restrictions sanitaires le 2 février 2022. Mais le gouvernement ne veut pas crier victoire trop rapidement, car une inconnue existe : le sous-variant BA.2.

Ce nouveau virus, mutation du variant Omicron, est présent dans plus de 57 pays dans le monde, selon l’OMS, y compris en France. « Entre 5% et 6% des virus en circulation dans notre pays correspondraient à du BA.2 », a déclaré le ministre de la Santé sur BFMTV.

Or, ce virus pourrait être plus contagieux que la souche Omicron originelle, selon certaines études préliminaires, notamment car « il y a des risques de réinfection par BA.2 » chez les personnes déjà contaminées par Omicron. Néanmoins, il n’est pas « plus dangereux » que son grand frère.

Pass vaccinal : supprimé à l’été 2022, sauf…

La loi instaurant le Pass vaccinal en France depuis janvier 2022 précise d’elle-même la fin de ce dispositif : en juillet 2022. Pour le prolonger, le gouvernement devrait alors le faire revoter, une situation sur laquelle il n’a pas encore le pouvoir de se prononcer puisqu’il y a des élections législatives entre-temps.

Mais Olivier Véran ne croit pas que ce sera nécessaire : « si nous pouvons supprimer le pass vaccinal avant, nous le ferons ». Cette possibilité est même « probable » pour le ministre, sous réserve que le sous-variant Omicron BA.2 ne crée pas de « mauvaise surprise ». « Quand il n'y aura plus un soin déprogrammé dans notre pays, s'il n'y a pas de nouveau variant en circulation, l'utilité du pass sera discutée et nous pourrons » retirer le Pass vaccinal.

Une quatrième dose de vaccin contre la Covid-19 ?

Parmi les autres annonces, le ministre a assuré que le masque obligatoire à l’intérieur pourrait bientôt être de l’histoire ancienne, dès le printemps 2022, si l’évolution de la pandémie se poursuit comme envisagé par le gouvernements.

Mais le virus ne disparaîtra pas : il pourrait être nécessaire de se faire injecter une quatrième dose de vaccin, un nouveau « booster » vers la fin de l’année 2022, à l’automne. Rien n’est décidé, mais le gouvernement veut à tout prix éviter une nouvelle reprise pandémique.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis