Pétrole : vers un nouvel accord de réduction de la production ?

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 15 mai 2017 à 6h06
Petrole Moins Cher 1
50 DOLLARSLe baril de pétrole a dépassé les 50 dollars en décembre 2016.

La production de pétrole dans le monde a été largement réduite le 1er janvier 2017 lorsqu’est entré en vigueur l’accord, signé par les pays-membres de l’OPEP et certains pays non-membres comme la Russie, fin 2016. Le but de cet accord était de faire remonter le prix du baril de pétrole en réduisant l’offre. Ce fut une réussite : depuis le début de l’année 2017 le baril a régulièrement dépassé les 50 dollars.

Un accord de six mois qui inquiète les marchés

L’accord, toutefois, n’a pas de valeur éternelle : la première version de cet accord de limitation de production ne doit durer que six mois et sera donc caduc en juillet 2017. Les marchés ont déjà bien intégré l’idée que l’accord pourrait ne pas durer faisant chuter, en avril 2017, le baril de pétrole sous la barre des 50 dollars. Une hausse de la production aux Etats-Unis et d’ans d’autres pays n’ayant pas signé l’accord est également la cause de cette baisse.

Mécontents, les pays de l’OPEP et les autres signataires de l’accord sont attendus au tournant : la prochaine réunion de l’OPEP se tiendra le 25 mai 2017 et pourrait être l’occasion de signer une prolongation de l’accord de 2016 ou un nouvel accord avec d’autres paramètres voire une réduction de la production encore plus importante.

Les marchés confiants qu’un nouvel accord sera conclu

A l’approche de la réunion de l’OPEP, la Russie et l’Arabie-Saoudite, acteurs majeurs de la production de pétrole, ont annoncé qu’ils étaient favorables à un nouvel accord. Si l’Arabie Saoudite et la Russie s’allie, les autres pays de l’OPEP devraient suivre donnant lieu à un nouvel accord sur la réduction de la production.

Les marchés y croient : lundi 8 mai 2017, à Pékin, Russie et Arabie Saoudite ont pris la parole en conférence de presse annonçant leur intention de trouver un nouvel accord.

Il aura fallu quelques jours pour que la Bourse intègre cette annonce, attendant sans aucun doute d’autres confirmations. Le 15 mai 2017, à l’ouverture de Wall Street, le baril WTI a grimpé de presque 1 dollar. Il n’a pas repassé la barre symbolique des 50 dollars, se stabilisant à 48,50 dollars, mais la tendance est de nouveau à la hausse. Le baril de Brent, à Londres, devrait suivre.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.   Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Aucun commentaire à «Pétrole : vers un nouvel accord de réduction de la production ?»

Laisser un commentaire

* Champs requis