Pétrole : l’Opep demande une réduction de 1,5 million de barils par jour

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 6 mars 2020 à 7h42
Prix Baril Petrole Bourse Marches
24%le prix du pétrole en Bourse a chuté de 24% depuis début 2020.

Réunis à Vienne, où se situe leur siège, les pays membres du Cartel de l’or noir, l’Opep, ont annoncé avoir trouvé un accord entre eux pour tenter d’endiguer la baisse du cours du pétrole en Bourse qui chute depuis le début de la pandémie de coronavirus. Mais la demande doit être validée par la Russie pour être efficace, et rien n’est moins sûr.

Le pétrole s’écroule en Bourse depuis le début de l’année 2020

Alors qu’un pic avait été atteint le 3 janvier 2020 pour le pétrole en Bourse, le début de la pandémie de coronavirus en Chine, un des premiers importateurs mondiaux, a créé la panique : la Chine a vu sa consommation chuter, et donc ses importations, du fait des mesures de confinement et de la cessation de la production industrielle un peu partout dans le pays.

Résultat : une véritable crise pour les cours du brut. Le 5 mars 2020, à la clôture, le Brent, pourtant le plus cher des deux pétroles, a chuté sous la barre des 50 dollars le baril, en baisse de 2,2%. Un tel prix bas n’avait plus été vu depuis 2017 et, au total, le cours du pétrole a baissé de 24% depuis le début de l’année 2020. De quoi faire craindre une forte baisse des revenus aux pays du Golfe où le pétrole représente la très grande majorité de l’activité.

La Russie va-t-elle suivre la demande de réduction de la production ?

Jeudi 5 mars 2020, les pays membres de l’Opep ont donc annoncé qu’ils demandaient à leurs alliés, en particulier la Russie, de réduire de 1,5 million de barils la production journalière de pétrole, soit l’équivalent d’environ 1,5%. Si acceptée, cette proposition porterait à 3,6 millions le nombre de barils de pétrole produits en moins.

Mais la Russie pourrait faire de la résistance : son activité pétrolière est, certes, importante, mais pas autant que dans les pays du Golfe. Et les pétroliers russes réclament de Moscou une augmentation de la production, non pas une baisse. D’autant plus que tant que le prix est supérieur à 42 dollars le baril, la Russie est dans le vert. Pour l’Arabie Saoudite, ce niveau est à 83 dollars.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Aucun commentaire à «Pétrole : l’Opep demande une réduction de 1,5 million de barils par jour»

Laisser un commentaire

* Champs requis