Pierre Gattaz : François Hollande va « dans le bon sens »

Cropped Favicon 1.png
Par Jean-Baptiste Le Roux Modifié le 15 janvier 2014 à 11h06

Après une conférence de presse très attendue, et alors que les syndicats accusent encore le président d'opérer un tournant libéral, les entreprises, de leur côté, voient dans les propos de François Hollande, des signes d'amélioration. A l'image de Pierre Gattaz, le président du Medef.

Face à la presse, le patron des patrons a estimé, ce mercredi, que le discours de François Hollande allait "dans le bon sens". Le président de la République tendrait-il la main aux entreprises après les avoir malmenées durant près d'un an ? C'est en tout cas ce que semble penser Pierre Gattaz, qui souhaite toutefois que le chef de l'Etat apporte des "clarifications" sur le "pacte de responsabilité" proposé aux entreprises, particulièrement mis en avant mardi, lors de la conférence de presse à l'Elysée. Le président du Medef espère obtenir ces éclaircissements avant le 21 janvier.

Néanmoins, Pierre Gattaz dénote "une prise de conscience de la réalité de la France". Le Medef s'était déclaré prêt à créer un million d'emplois en contrepartie d'une baisse des charges pour les entreprises. Il devrait être servi, si François Hollande respecte ses objectifs. Un arrangement qui irait, selon Pierre Moscovici, "dans le sens de l'observatoire des contreparties que propose François Hollande, dans lequel seront à la fois les représentants des entreprises et des salariés."

Le pacte de responsabilité : "le plus grand compromis social depuis des décennies"

Le patronat semble donc ouvert à toute discussion, à l'inverse des syndicats et de l'extrême gauche, qui attaquent depuis hier le chef de l'Etat, l'accusant de pratiquer une politique de droite, d'opérer un virage libéral. Pourtant, hier, François Hollande a particulièrement insisté sur ce pacte de responsabilité, qu'il a présenté lui-même comme 'le plus grand compromis social depuis des décennies".

Trois organisations patronales ont validé le pacte de François Hollande, le Medef attend des précisions

Alors que le Medef attend encore quelques précisions, mardi soir, la CGPME, l'Asmep-ETI et l'UPA, trois organisations patronales, avaient d'ores et déjà déclaré être prêtes à suivre le locataire de l'Elysée dans son pacte de responsabilité, demandant que les mesures promises soient appliquées au plus vite. Des mesures que François Hollande a particulièrement mis en avant durant son exercice de communication devant les journalistes.

La fin des cotisations familiales versées par les employeurs d'ici 2017

A savoir une nouvelle baisse du coût du travail, qui fait suite au crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE), "en contrepartie d'emplois créés". Une baisse du coût du travail qui passera par la fin des cotisations familiales versées par les employeurs, à horizon 2017. Pour l'heure, le Medef se défend d'un quelconque arrangement avec le gouvernement autour de ce pacte de responsabilité, comme le prétendent les syndicats.

Cropped Favicon 1.png

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame où il anime des matinales et l'émission Parole d'Evêque. Il a travaillé pour Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et membre de l'Association des Journalistes de Défense. 

Aucun commentaire à «Pierre Gattaz : François Hollande va « dans le bon sens »»

Laisser un commentaire

* Champs requis