Déconfinement : le plan n’est clairement pas prêt

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 24 avril 2020 à 6h01
Coronavirus Distanciation Sociale Respect Regles
20%Seuls 20% des cas de coronavirus sont jugés graves.

Tous les regards sont tournés vers le déconfinement, prévu pour le 11 mai 2020 en France si la situation le permet. Mais le gouvernement semble loin d’être prêt : sa communication est contradictoire et floue… Petit point des annonces et contre-annonces.

Déconfinement : régionalisé ou pas ?

C’est la question que tout le monde se pose : le déconfinement sera-t-il régionalisé ou non ? Et pourra-t-on se déplacer d’une région à l’autre ? Pour l’instant, difficile à dire. Le gouvernement avait en effet laissé entendre qu’il serait peut-être impossible de traverser les frontières régionales afin d’éviter des exodes, notamment vers les lieux de villégiature, tout du moins durant les premières semaines après le 11 mai 2020. Une thèse que semblait confirmer Emmanuel Macron lorsqu’il a déclaré, le 22 avril 2020 en déplacement en Bretagne, que « certains sujets des étapes qui pourront se passer plus vite dans les endroits où le virus ne s'est pas répandu ».

Finalement, le 23 avril 2020, l’Élysée annonce l’inverse : pas de déconfinement régionalisé. Du moins, l’annonce n’est pas claire puisque le service de communication de l’Élysée précise que le déconfinement sera adapté « aux réalités de chaque territoire ». Il ne sera donc pas régionalisé, mais sera bien différent de région en région.

Et sur ce point, le gouvernement semble prendre le contre-pied de Jérôme Salomon, directeur général de la Santé, qui prône, lui, un déconfinement dans lequel les déplacements interrégionaux sont interdits afin d’éviter une deuxième vague de contaminations.

Les masques : obligatoires ou pas obligatoires ?

De nombreux spécialistes estiment nécessaire d’obliger les Français à porter un masque en permanence, afin de réduire le risque de contamination par coronavirus. L’académie de médecine, le 22 avril 2020, a émis une recommandation allant dans ce sens. Mais, au final, ce ne sera pas le cas.

L’Élysée semble pencher vers une situation où le masque ne serait pas obligatoire, mais « recommandé », sauf dans certains endroits où il serait obligatoire, comme dans les transports en commun. Sur ce point aussi, en somme, rien n’est acté et tout reste à décider.

L’école : les réouvertures en ordre dispersé

Concernant la réouverture des établissements scolaires, rien n’est encore décidé sur ce point non plus. Ni le calendrier, pourtant dévoilé par Jean-Michel Blanquer le 22 avril 2020 à l’Assemblée nationale, ni le fait de savoir s’il sera obligatoire que les enfants aillent en classe.

Ce sera en effet obligatoire pour les enseignants, d’ailleurs inquiets, mais probablement pas pour les élèves : les parents sont inquiets et l’Élysée confirme que les décisions seront prises au cas par cas, selon la taille et les équipements de chaque commune et territoire. « Ce sont les parents, au final, qui décideront », annonce l’Élysée le 23 avril 2020.

Les commerces seront-ils ouverts ?

Là aussi, pas de certitudes pour le gouvernement en ce 24 avril 2020. Bruno Le Maire, le 23 avril 2020 sur FranceInfo, a souhaité que « tous les commerces » puissent rouvrir. Mais là aussi, la question d’une réouverture régionalisée se pose et n’est pas écartée par le gouvernement. En somme, tout le monde pourra rouvrir, sauf quand ils ne pourront pas.

Mais alors, qu’est-ce qui est acté ?

Le gouvernement continue donc de plancher sur son plan de déconfinement et les interventions de chaque responsable politique semblent hasardeuses et peut-être trop rapides. De quoi continuer à créer des couacs de communication.

Certains détails sont toutefois actés : le déconfinement devrait bien avoir lieu le 11 mai 2020, la tendance baissière du nombre de cas en réanimation devrait le permettre. Côté activités commerciales, il est certain que les bars, les restaurants ou encore les établissements accueillant du public en nombre ne pourront pas ouvrir dès le 11 mai 2020. La date du 15 juin 2020 est régulièrement évoquée, sans que ce soit une certitude.

Autre décision quasiment certaine : les lieux de culte ne pourront pas rouvrir le 11 mai 2020 dans les mêmes conditions qu’avant le confinement. Pour rappel, ceux-ci sont ouverts, les offices sont respectés, mais le public ne peut pas y être convié.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.   Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Aucun commentaire à «Déconfinement : le plan n’est clairement pas prêt»

Laisser un commentaire

* Champs requis