La Playstation 4 écrase la Xbox One

Par Olivier Sancerre Modifié le 30 juillet 2015 à 23h18
Shutterstock 216087928
39%Au second trimestre, Sony a dégagé un résultat d'exploitation de 712 millions d'euros, en hausse de 39% sur un an.

Les temps sont durs pour Microsoft, qui n’a pas su capitaliser sur la bonne image de sa Xbox 360 pour s’imposer sur le marché de la console de jeux vidéo de salon. C’est Sony, l’éternel rival, qui est encore et toujours devant, et les chances de voir la Xbox One revenir un jour jouer du coude avec la PlayStation 4 sont pratiquement nulles.

Sony, qui rencontre mille difficultés sur les marchés du téléviseur et des smartphones, peut compter sur la bonne santé de sa console de jeux. La PlayStation 4 s’est vendu à 25,3 millions d’unités depuis le lancement du boîtier fin 2013. C’est deux fois plus que la Xbox One, qui a péniblement atteint les 13 millions d’exemplaires dans le même laps de temps (les deux consoles sont sortis pratiquement en même temps).

Lancement raté

La Xbox One a pâti d’un lancement complètement raté, Microsoft ayant survendu les capacités multimédia de sa console, en donnant l’impression de délaisser les joueurs. Or, ce sont eux qui achètent en priorité les consoles de jeux… Depuis, le constructeur a fait volte face et multiplié les appels du pied en direction de la communauté des joueurs. Mais le marché a adoubé son champion, et c’est la PS4.

L’autre outsider du marché, Nintendo, avait aussi une bonne nouvelle à partager, bien que dans ce cas, l’annonce est toute relative : la Wii U a enfin franchi le cap des 10 millions d’unités vendues, alors que celle-ci a bénéficié d’une année supplémentaire de vente par rapport à ses rivales. L’éditeur japonais a prévu vendre 3,4 millions de sa console de salon cette année, mais avec 470 000 exemplaires pour le second trimestre, cela paraît compromis.

Composants

En plus de sa bonne santé sur le marché de la console, Sony peut aussi se réjouir des ventes de sa division semi-conducteurs et notamment les capteurs photo. Utilisés par Samsung et Apple, ces composants se vendent comme des petits pains, ce qui paradoxalement, profite à Sony… alors que le constructeur est concurrent de ces mêmes entreprises sur le marché des smartphones.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.