Plutôt que d’augmenter les impôts : repenser l’Etat (2/2)

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Charles Sannat Modifié le 6 juillet 2012 à 11h34

Pour lire le début de cette tribune, cliquez-ici

Ou en sommes-nous des régimes spéciaux ? Les instituteurs, les agents d’EDF, les cheminots, les de la RATP ? Quelle est la justification du maintien de leurs avantages dans cette période de « présidence normale et juste » ? Vous entendez nos gouvernants sur ces sujets ? Vous entendez nos médias sur ces questions ? Non certainement pas.
On préfère se taire comme à chaque fois, et ce n’est pas propre à la gauche puisque la droite et la gauche augmentent invariablement les impôts plutôt que de résoudre les problèmes à la source.

Les impôts pèsent sur la création de richesse.

J’affirme que les impôts sont indispensables. Mais il ne faut pas oublier que les impôts servent à financer des taches non créatrices de valeur mais qui permettent la création de valeur par le secteur privé.
Hors il faut bien comprendre que les impôts pèsent sur la création de richesse réelle. Ils ne peuvent pas et ne doivent pas être augmentés au-delà de certaines limites.

Je pense que le gouvernement sous-estime l’effet récessif de sa politique fiscale. On ne parle ni de rigueur, ni d’austérité, mots tabous, mais on augmente les impôts. Ces augmentations vont venir directement impacter le moral des ménages et la consommation.

Le régime des successions et donations est remis en cause. Pourquoi pas. Mais de 150 000 € par an et par enfant tous les 6 ans, on va passer à 100 000 € tous les 15 ans par parent et par enfant, hors droits de succession. Pas grave me direz-vous, ce sont des problèmes de riches.
Sauf qu’en terme macro-économique connaissez-vous le montant de ce que l’on appelle pudiquement les transferts intergénérationnels ?
Environ 300 milliards d’euros par an. Voilà la somme que les parents ou les grands parents donnent, versent, ou transmettent chaque année à leur enfants ou petits-enfants… c’est autant ou presque que les recettes de l’Etat !

Comment croyez-vous que les jeunes générations vivent actuellement ? Faites un sondage autour de vous : Le fils au chômage on l’aide. La fille revient de l’étranger, elle cherche un boulot on l’héberge. Le petit dernier ?
Ha c’est compliqué, on a acheté un studio pour le loger… voilà la réalité volontairement cachée de l’économie française. Les générations qui ont moins de 40 ans aujourd’hui vivent grâce aux subventions des générations plus âgées.

On ne doit pas opposer les « riches » et les « pauvres ». Opposer les riches aux pauvres, c’est stupide. Pour être moins pauvres nous avons besoin de plus de riches. Je suis pour l’impôt et à titre personnel je paie mes impôts et ne profite d’aucune loi de « défiscalisation » car je fais un investissement parce qu’il est bon, pas pour économiser quelques milliers d’euros d’impôts pour en perdre quelques centaines sur un investissement stupide.

Donc je paie, et je paie beaucoup. Il faut payer des impôts. Mais à 75 % ce n’est plus des impôts c’est du vol pur et simple.
Soyons honnêtes. Rien ne justifie de gagner des millions d’euros. Mais rien ne justifie non plus de voler aux gens 75 % de leur gains. Ce n’est ni normal, ni juste.

Droits de donation et de succession augmentés, hausse de la CSG, de taxe additionnelle sur les stock-options passe de 22 % à 40 %, taxe d’ISF exceptionnelle dès le mois de septembre.
Et sans doute bientôt taxe sur la télé que l’on n’a pas, vignette automobile dite « écologique » (c’est pour la bonne cause Messieurs-Dames, alors vous accepterez bien de vous faire rincer un peu plus), gel des prix des carburants mais augmentation des impôts sur les sociétés comme Total qui du coup vont augmenter leur tarif…

Nous devons nous poser les vraies questions, pour poser les bons diagnostics, et in fine pouvoir mettre en place les bonnes solutions. Nous ne le ferons pas car cela va contre trop d’intérêts. L’Europe, les USA, le Japon ou le Royaume-Uni ne le feront pas pour les mêmes raisons.
C’est pour cela que le système court à sa perte. Partout, toutes les politiques consistent uniquement à gagner du temps. C’est stupide et nous en souffrirons tous que l’on soit de droite ou de gauche !

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Charles SANNAT est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d'AuCoffre.com en 2011.Il rédige quotidiennement Insolentiae, son nouveau blog disponible à l'adresse http://insolentiae.com Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.