L’Etat doit dépenser… mais mieux !

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Francis Massé Modifié le 12 mai 2012 à 17h38

L’effort que notre pays doit faire pour assainir sa situation financière et combler les inégalités sociales est sans précédent. Il doit le faire dans un contexte dans lequel dominent l’économie mondialisée, l’évolution technique, le terrorisme, les questions de l’énergie, du changement climatique, de la compétitivité mondiale et de bien d’autres sujets.

Cet effort doit être effectif au plan financier : si l’excès de nos dépenses publiques représente environ 5 points de PIB en comparaison de l’Allemagne, analyser les autres dépenses en évaluant les politiques publiques et y distinguer les bonnes dépenses des mauvaises s’impose également. Il convient enfin de trouver les bonnes solutions sur le long terme quant aux externalités négatives, des pollutions et des défauts dans notre organisation sociale.

Par exemple nous avons oublié que le bilan de la sécurité routière il y a trente ans, c’était en France 17 000 morts et 390 000 blessés par an, contre 8500 morts et 180 000 blessés en 1997, sachant qu’entre temps la circulation routière avant doublé. Seulement - si l’on peut dire - 3970 morts en 2011 ! Voilà un exemple où notre société aura très tardivement pris en compte ce fléau national, dont le coût global est estimé à plusieurs milliers d’euros - y compris le coût humain - et qui justifie une action préventive en profondeur.

Un autre exemple d’externalités négatives, c’est l’émission de pollutions qu’une entreprise provoque en fabriquant un produit de consommation, par ailleurs utile. Là, les pouvoirs publics peuvent agir par la réglementation ou la régulation économique, financière ou notamment fiscale, ou bien encore par une politique qui privilégierait l’essor de l’écologie industrielle.


Cet effort doit être aussi porté au plan social… Si notre modèle économique est altéré, la question sociale est toujours d’actualité, plus que jamais, et nécessite des réformes indispensables. Le salaire, le logement, la santé, la formation professionnelle et l’école sont les axes majeurs qu’il faut traiter activement car la situation est dégradée.

Dans les deux cas, financier et social, ces dysfonctionnements nuisent à la compétitivité de notre pays et à sa cohésion sociale. Un système de formation défaillant, des infrastructures inadaptées, des actifs immatériels délaissés, et voilà les entrepreneurs publics ou privés, les créateurs d’entreprise à la peine pour bâtir, développer, imaginer l’avenir. Mais il ne suffit pas que le prochain président de la République décide pour que l’action suive. Il faut réarmer l’Etat, son instrument d’intervention !


Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Enarque, Francis Massé est un professionnel du management public. Haut fonctionnaire au ministère chargé des Transports et du Développement durable, essayiste et conférencier, il est membre fondateur du Cercle de la réforme de l’Etat et de l’association pour l’Optimisation du Contrat social. Il vient de publier « Refonder le politique » aux éditions Nuvis.

Aucun commentaire à «L’Etat doit dépenser… mais mieux !»

Laisser un commentaire

* Champs requis