« 100% pommes de France », le label pour une meilleure lisibilité des consommateurs

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Caroline Lelièvre Publié le 21 février 2017 à 21h12
Pommes Fruits
2 millions de tonnes2 millions de tonnes de pommes sont récoltées chaque année en France.

Avec 2 millions de fruits consommés par an, il est le chouchou des Français. Désormais, la pomme a son label « 100% pommes de France » et sa charte d'engagement pour une production responsable. La garantie de consommer des produits de qualité.

L'Hexagone représenté dans une pomme rouge, c'est à ce logo que les consommateurs reconnaîtront le label « 100% Pommes de France ». Une appellation synonyme de qualité, créée en 2010 par l'Association de promotion des jus de pommes de France (APJPF), pour valoriser l'origine des jus de pommes de ses membres et le savoir-faire français. Près de 2 millions de tonnes de pommes sont récoltées chaque année en France. Environ 50 000 personnes en France travaillent pour la filière pommes et poires. Un chiffre important en milieu rural.

Après la viande et le lait, la pomme made in France a, elle aussi, son label. Jeudi, Au Ministère de l'Agriculture, une nouvelle étape a été franchie. L'APJPF a présenté la charte d'engagement pour une production responsable qui accompagne désormais le label, en présence de Stéphane Le Foll, Ministre de l'Agriculture.

Des contrats d'achat à long terme

La charte, bâtie sur cinq critères, garantit l'origine France et une production durable. D'abord, les producteurs de pommes, transformateurs et distributeurs s'engagent à exploiter des vergers en France, à maintenir de l'économie et de l'emploi en zones rurales. Ce qui permettra de limiter l'empreinte carbone.

Le deuxième point concerne les pratiques agricoles durables. Pour ce faire les traitements phytosanitaires devront être limités. Une politique de recherche et de mise en place de techniques alternatives est lancée.

Ensuite, les transformateurs s'engagent à transformer et conditionner le fruit sur le territoire national, ainsi qu'à assurer la traçabilité et à limiter l'empreinte carbone en commercialisant ces produits dans des lieux proches du site de production.

Quatrième point : les pratiques de transformation seront durables. Les producteurs et transformateurs seront liés par des contrats d'achat à long terme, de 15 à 18 ans. Le producteur s'engage à livrer des pommes saines et loyales, contrôlées à réception. Une étape dans une chaîne de production qui se veut transparente.

Enfin, le cinquième et dernier point est celui de la qualité. Elle doit être irréprochable, de la production à la transformation. Les pommes doivent être sans OGM, produites et transformées dans le respect des règles d'hygiène et de sécurité.

« En faisant le choix d'acheter un produit français, le consommateur prend lui aussi un engagement fort, acheter un produit vertueux et garanti d'origine française », souligne Jean-Luc Duval, producteur de pommes et président de l'APJPF.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Caroline Lelièvre est journaliste indépendante. Diplômée de l'École Supérieure de Journalisme de Paris, elle a notamment collaboré à la presse quotidienne régionale : Ouest-France, La Nouvelle République du Centre Ouest, Le Courrier de la Mayenne.Elle est également co-auteure de L'Excellence en Mayenne (Editions du Signe), un ouvrage valorisant le savoir-faire de 85 entreprises mayennaises.

Laisser un commentaire

* Champs requis