Pourquoi la Turquie est plus attractive que la France pour les greffes de cheveux ?

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Partenaire Modifié le 4 janvier 2022 à 17h48
Turquie Attractive Greffe De Cheveux

Pour résoudre les complexes liés à la calvitie, de plus en plus de Français ont recours à la greffe de cheveux en Turquie. Les raisons de cette préférence au détriment de la France ou de tout autre pays pourraient paraître ambiguës pour un nombre important de potentiels patients. Si vous vous posez la même question, cet article devrait vous satisfaire puisqu’il traite de cette préoccupation.

Qu’appelle-t-on greffe de cheveux ?

C’est un procédé clinique qui implique que le médecin prélève des unités folliculaires (micro ou mini-greffes, souvent appelées greffons, et composés de 1 à 4 cheveux). Faire une DHI en Turquie permet de solutionner les complexes physiques générés par la perte de cheveux, pour une raison ou pour une autre. La greffe de cheveux en Turquie peut se réaliser de deux différentes manières.

Le FUE

Cette méthode stipule que le médecin prélève de façon individuelle l’unité folliculaire sur une zone dite donneuse, précédemment rasée. À cet effet, il fait usage d’un instrument d’une taille de 0,8 à 0,9 millimètre de diamètre, désigné par le terme « micro-punch ». Il retire donc à l’aide du micro-punch les greffons, en s’assurant que chacun soit tenu par l’épiderme du tissu situé tout autour de la zone de prélèvement : cette technique est appelée Follicular Unit Extraction (FUE) (plus de détails sur la différence entre la FUE & la DHI).

Le FUT à cheveux longs

La greffe de cheveux en Turquie sous cette forme implique que le médecin, pour extraire les greffons, découpe plutôt une bandelette de 10 à 30 centimètres au niveau de la zone donneuse. Il ne réalise pas de rasage dans ce cas-ci. Cette technique est celle du Follicular Unit Transplantation (FUT) à cheveux longs.

Elaborée par le Dr Bouhanna, c’est une technique référentielle offrant l’avantage de l’extraction de 4 000 cheveux en une seule séance de prélèvement. Elle permet de ce fait de masquer un large espace dégarni : cicatrices au niveau de la barbe, des sourcils, de la tête, ...

Pourquoi la Turquie ?

La principale raison justifiant l’attractivité de la greffe de cheveux en Turquie par rapport à la France et aux pays européens en général, est le prix de la transplantation qui est plus économique.

En effet, la valeur de la livre turque (monnaie utilisée en Turquie) est très inférieure à celle de l’euro. La conséquence évidente en est que les prix de tous les produits et services dans ce pays sont moins élevés. Lorsque l’on considère qu’un panel médical composé de 4 à 5 médecins sont indispensables au succès d’une telle intervention, on imagine aisément l’économie réalisée sur leur rémunération pour la prestation. À souligner encore que les salaires fixés aux médecins pour la greffe de cheveux en Turquie sont moins élevés qu’en France.

Par ailleurs, la forte concurrence dont Istanbul détient à ce jour le monopole en la matière induit une chute drastique des prix.

Quelques chiffres en rapport au tourisme

On apprendra du président fondateur du Conseil de développement du tourisme médical que la Turquie est se retrouve à plus de 500 000 en tête dans la liste mondiale de transplantation capillaire. Cela se justifie notamment par le fort potentiel touristique que revêt le pays, déterminant ainsi l’image du monde dans le tourisme en santé.

Surtout que la greffe de cheveux en Turquie est toujours réussie : des médecins dotés de sérieuses compétences manuelles, ainsi que de connaissances précises en lien à ces types d’opérations, dans le respect des normes mondiales.

En effet, ce pays dispose de nombreux sites culturels, touristiques et historiques dont profitent les patients pendant leur séjour. C’est donc à juste titre qu’il est qualifié de région paradisiaque, classée parmi les pays à visiter absolument. Mieux, passer quelques jours sur place après l’intervention est une garantie pour que le patient puisse retourner sans grande dépense voir son chirurgien en cas de situation défavorable éventuelle.

Par ailleurs, il faut noter que la greffe de cheveux en Turquie ne souffre de surcroit d’aucune barrière linguistique. Vous seriez sans doute surpris d’apprendre qu’aussitôt descendu à l’aéroport, vous êtes accueilli par des interprètes professionnels qui vous se mettent à votre entière disposition tout au long du séjour, pour vous orienter et vous conduire si besoin est vers les hôtels et hôpitaux de votre choix.

Enfin, le fait d’être le premier pays fournissant des services de santé respectant les normes européennes accroit sa position dans le domaine de la transplantation capillaire.

Comment pourrait-on donc s’étonner lorsque la Commissaire à la santé Servet Terziler affirme que la valeur du tourisme de greffe de cheveux en Turquie atteindra bientôt 200 milliards ?

Encore qu’en consultant les chiffres de 2018, l’on se rend aisément compte que :

• Près de 746 000 personnes sont arrivées en Turquie avec pour objectif de réaliser une telle opération ;

• Près d’un milliard de dollars sont générés par des patients venus de l’extérieur pour transplantation capillaire ;

• Près de 200 greffes de cheveux en Turquie sont réalisées chaque jour.