Prélèvement à la source : comment ça va marcher

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Modifié le 19 juin 2015 à 10h10
Impots Fiscalite France Contribuables

La France est l'un des seuls pays développés (avec la Suisse et Singapour) à ne pas l’avoir adopté. Mais elle rentre dans le rang : à partir de 2016, l'impôt sur le revenu sera prélevé à la source. Qu'est-ce que cela signifie concrètement ?

L'employeur ou le banquier à la manoeuvre

Le portail gouvernemental Vie-publique.fr nous apprend que "la retenue à la source est un mode de recouvrement de l’impôt, consistant à faire prélever son montant par un tiers payeur, le plus souvent l’employeur ou le banquier, au moment du versement au contribuable des revenus sur lesquels porte l’impôt. En France, près de la moitié des prélèvements obligatoires, principalement les cotisations sociales et la contribution sociale généralisée (CSG), sont déjà prélevés à la source. Sans que quiconque ne s'en inquiète.

Quand la réforme sera bien rôdée, sans doute deux à trois ans après sa mise en place, le calcul sera relativement simple : vous diviserez par douze (pour les douze mois de l’année) la somme de vos revenus nets imposables, qui figurent au bas de votre fiche de paie (à ne pas confondre avec le net à payer, moins élevé). Chaque mois, ladite somme sera déduite de votre feuille de paie. En bref, vous n’aurez plus à provisionner de l’argent pour régler au fisc la totalité des impôts que vous lui devez à un moment donné de l’année.

Un choc de simplification

C’est François Hollande qui souhaite que le prélèvement des impôts s’opère à la source. Une mesure plutôt plébiscitée par les Français, selon les sondages. L’objectif du président est clair : que l’impôt soit "rendu plus simple dans son prélèvement".

De fait, ce dispositif peut présenter des avantages pour l’administration fiscale, comme pour les contribuables. Il est présumé "indolore" et permet, selon le gouvernement, "de relier plus étroitement les variations de l’impôt à celles du revenu, alors que l’IR est aujourd’hui payé avec un décalage d’un an, car il porte sur les revenus perçus l’année précédant leur déclaration".

Reste que certains s'inquiètent déjà des problèmes de confidentialité, car les tiers-payeurs, l'employeur ou le banquier donc, devront connaître la situation particulière et familiale du contribuable pour calculer l’impôt dû.

Actuellement, sur 37,1 millions de contribuables, seuls 17,6 millions de paient l'impôt sur le revenu, soit moins de la moitié.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.

Aucun commentaire à «Prélèvement à la source : comment ça va marcher»

Laisser un commentaire

* Champs requis