Consommation : Les rasoirs pour femme deux fois plus chers que ceux pour homme

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 3 novembre 2014 à 13h53

Le marketing c'est l'art de cibler des consommateurs selon leurs différences. Et la cible préférée des marques c'est bien entendu le genre, très facile à définir par des couleurs (rose pour les filles, bleu pour les garçons). Mais cette optique de différenciation du client cache également une différence de prix : les femmes, qui selon le cliché sont plus dépensières que les hommes, paieraient les produits qui leur sont destinés bien plus chers. Parfois le prix double voire triple entre la « version fille » et la « version garçon »... mais le produit, lui, est identique.

Consommation : la « taxe rose », une taxe sur le genre

L'égalité hommes-femmes est un combat du quotidien et avec cette enquête du collectif Georgette Sand il s'insère dans le quotidien le plus proche de tous : les courses. Car certaines marques utilisent des codes de genre pour engranger de gros bénéfices. Sur le dos des consommateurs ignares (jusqu'à aujourd'hui).

Le collectif Georgette Sand a donc envoyé ses membres dans les rayons des magasins vérifier les prix des produits. Et il y a eu quelques (mauvaises) surprises : les prix des produits à destination des femmes, notamment dans le domaine de la beauté, sont plus chers que ceux pour homme.

Un exemple ? Chez Monoprix le pack de rasoirs deux lames « pour homme » coûte 1,72 euros tandis que le pack de rasoirs « pour femme » coûte 1,80 euros. A peine 8 centimes de différence ? Non ! Dans le pack « pour femmes » il n'y a que 5 rasoirs, contre 10 pour la version masculine. Monoprix justifie toutefois cette différence « par les caractéristiques intrinsèques des produits ainsi que par les volumes de vente ».

De même, le gel de rasage « pour femme » chez Casino coûte 13,05 euros le litre... contre seulement 11,70 euros le litre pour la version homme. Et sur le tumblr WomanTax, les exemples sont nombreux et variés, du sac à dos aux saucisses en passant par les crèmes antirides...

La DGCCRF pourrait être saisie

Pascale Boistard, secrétaire d'Etat chargée du Droit des Femmes, n'a pas été insensible à cette différence de prix. C'est d'ailleurs elle qui, sur son compte Twitter, a épinglé Monoprix sur le prix des rasoirs.
.

Au gouvernement, Emmanuel Macron a été prévenu du la chose et pourrait bien se saisir du dossier. Selon des rumeurs, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des Fraudes (DGCCRF) pourrait être saisie.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.   Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Aucun commentaire à «Consommation : Les rasoirs pour femme deux fois plus chers que ceux pour homme»

Laisser un commentaire

* Champs requis