Régionales : les milliards d’euros de promesses électorales

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 30 novembre 2015 à 7h17
Elections Regionales Programmes Candidats France Chiffrage
427 MILLIONS €Avoir des transports publics accessibles 24h/24 en Ile-de-France coûterait 427 millions d'euros.

Le 6 décembre 2015 (puis le 13 décembre pour le deuxième tour) se dérouleront les élections régionales en France. Outre la poussée du FN qui espère, probablement en vain, obtenir une voire plusieurs régions de France, ces élections régionales sont marquées par des promesses électorales quelques peu... intenables.

Des milliards et des milliards d’euros sont annoncés en investissements divers partout en France alors que l’Etat veut réduire les dépenses et que les collectivités territoriales ont de moins en moins de budget.

Région où tu vas, dépense que tu trouves...

Chaque région, chaque candidat, a sa propre dépense annoncée et le Think Tank Institut Montaigne s’est amusé à les chiffrer et à les regrouper. Des dépenses en sécurité à celle des transports, tout le monde y va de sa petite idée sur comment améliorer la vie des citoyens (mais surtout récupérer son vote).

Sur www.programme-candidats.interieur.gouv.org tous les programmes sont disponibles, divisés par région. Une simplification bienvenue lorsqu’on veut, comme l’Institut Montaigne, vérifier la faisabilité ou l’absurdité de certaines propositions. Dans les "absurdes" on peut noter la volonté de Valérie Pécresse (candidate Ile-de-France Les Républicains) d’interdire "l’accès des transports aux délinquants et fraudeurs multirécidivistes". Déjà qu’ils fraudaient, leur interdire l’accès ne va pas les empêcher de frauder...

Les transports au centre de tout

Alors que s’est ouverte la COP21 à Paris, la question des transports publics est centrale dans la campagne des régionales 2015. L’Ile-de-France, par exemple, aimerait que tous les transports en commun soient accessibles 24h/24. Un coût de 427 millions d’euros selon l’Institut Montaigne.

Les transports gratuits font aussi partie des diverses propositions que l’on retrouve partout sur le territoire car en 2017 les nouvelles régions issues de la réforme territoriale vont s’occuper des transports. Mais tout ceci a un coût : entre 13 et 20 millions d’euros par an de plus, par exemple, en Rhône-Alpes Auvergne.

Christian Estrosi, actuel président de la région Paca candidat pour un nouveau mandat, annonce, lui, la création d'un gymnase pour l'ensemble des lycées. 30% des lycées de la région n'en ont pas ce qui représenterait une dépense de 9 à 18 millions d'euros par an.

L'un des projets les plus chers ? La volonté de relier Rouen et Caen en une heure : un projet à 1,7 milliard d'euros selon l'Institut Montaigne.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio