Projet de loi santé : les médecins libéraux en grève à partir de ce matin

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Publié le 13 mars 2015 à 10h21
Medecin
48%48% des Français ont renoncé à des soins au cours des 12 derniers mois car ils les estimaient trop couteux

Difficile de faire pression sur le gouvernement, quand la population soutient majoritairement la réforme (pour une fois !). Les médecins sont toujours vent debout contre le projet de loi santé de Marisol Touraine, qui prévoit notamment l'extension du tiers-payant (la dispense d'avance de frais lors d'une consultation chez le médecin généraliste). Certains d'entre eux sont appelés à faire grève.

Le mouvement se durcit

Les médecins libéraux entament une grève des urgences et des gardes, à deux jours de la grande manifestation prévue à Paris. "Nous avons décidé de durcir notre mouvement face à la surdité de la ministre de la Santé", a déclaré l'un des porte-parole du Mouvement pour la santé de tous. Ce mouvement fédère pour la première fois l’ensemble des syndicats de médecins, dentistes et kinés.

Lundi, la ministre de la Santé Marisol Touraine a annoncé que l’extension du tiers payant aurait bel et bien lieu comme prévu d'ici 2017. Elle a avec elle la population : les deux-tiers des Français plébiscitent cette mesure, d’après différents sondages. Avec l’extension du tiers-payant, les patients n’auront plus à avancer l’argent pour payer leurs consultations. Les frais, y compris ceux jusque-là remboursés à terme par la mutuelle, seront directement pris en charge d’une part par la Sécurité Sociale, d’autre part par la mutuelle du patient.

Mais les syndicats de médecins assurent que ce dispositif, qui certes arrange les patients, va compliquer encore un peu plus la vie des médecins. Outre la surcharge de paperasse administrative, ils craignent de se retrouver à la solde de l'Assurance maladie et des centaines de complémentaires santé qu'ils devront solliciter pour se faire rembourser. Aussi, disent-ils, les patients ne se rendront plus compte du coût des soins, car ils ne règleront plus en direct leur médecin. Ce serait donc la porte ouverte à toute sorte d'abus, qui couteront cher à la collectivité.

Qui va gagner le bras de fer ?

Depuis la déclaration de la ministre, les professions médicales voient rouge. Les médecins, dentistes, kinésithérapeutes et infirmiers ont déjà été appelés à fermer leur cabinet demain, samedi 14 mars. Désormais, les médecins libéraux sont priés de leur emboîter le pas, en observer une grève des gardes et des urgences pendant trois jours, à partir de ce matin.

Ainsi, les syndicats espèrent désorganiser le système de soins, engorger les urgences et accentuer la pression sur le gouvernement. Est-ce que cela marchera ?

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.

Laisser un commentaire

* Champs requis